Pages Navigation Menu

Douche vaginale – pourquoi est-ce

La douche vaginale est une pratique assez ancienne pour le lavage du vagin avec de l’eau ou d’autres mélanges de fluides : en fait, c’est le processus de nettoyage intra-vaginal. Les douches vaginales sont assez fréquentes chez les femmes : environ 25 à 35% des femmes se douchent le vagin régulièrement et elles considèrent cela comme une partie de l’hygiène vaginale saine. Au cours des dernières décennies, la pratique des douches a diminué, mais dans certaines cultures, elle est encore très populaire. La douche vaginale peut se faire avec de l’eau ou du bicarbonate de soude ou du vinaigre ou différentes solutions d’eau (selon l’odeur vaginale, les écoulements vaginaux et les démangeaisons vaginales). Le marché est plein d’autres produits pour douche vaginale : antiseptiques, parfums et agents de lutte contre la sueur. Toutes les solutions mentionnées sont généralement stockées dans une bouteille et pulvérisées dans le vagin à travers un tube spécial.

Les femmes utilisent une douche vaginale pour se sentir plus propres ou pour éliminer les odeurs vaginales désagréables ou pour prévenir une grossesse non souhaitée ou pour laver les écoulements brunâtres post-menstruels ou pour prévenir les infections sexuellement transmissibles. Les experts en santé mentionnent que les douches vaginales ne sont pas nécessaires et pourraient avoir des effets néfastes. En général, le vagin sain a un équilibre naturel des bactéries et une odeur vaginale spécifique normale. Le vagin est un organe autonettoyant. Les douches vaginales peuvent changer son environnement interne et le rendre plus favorable à la croissance des bactéries qui causent une infection.

Douche vaginale

Douche vaginale

Le vagin sain a naturellement une «microflore» qui comprend des bactéries, des protozoaires et des levures spécifiques. Les douches fréquentes modifient habituellement le pH (indice acide/alcalin) de l’environnement interne du vagin. Cela nuit à l’équilibre naturel dans le vagin, ce qui rend les femmes plus sujettes aux infections. Différents produits pour douches (antiseptiques, parfums et préservatifs) irritent la paroi du vagin permettant aux bactéries d’entrer et de se reproduire en provoquant finalement une inflammation.

Douche vaginale : avantages

La plupart des avantages tiennent aux sentiments personnels et il existe très peu de preuves scientifiques de bénéfices des douches vaginales.

  • Se sentir plus propre (surtout après les périodes menstruelles régulières),
  • Avoir moins d’odeur vaginale,
  • Éviter les pertes vaginales désagréables,
  • Prévenir les démangeaisons vaginales.

Douche vaginale : inconvénients

  • Infections vaginales (vaginite bactérienne) déclenchées par des changements de l’équilibre naturel des bactéries dans le vagin par les douches ;
  • Augmentation des risques de maladie inflammatoire pelvienne (de 70 à 75%) ;
  • Cancer du col de l’utérus : selon les études scientifiques, des douches au moins une fois par semaine entraîneraient un risque accru de développer un cancer du col de l’utérus ;
  • Complications de grossesse : on a constaté un risque accru de grossesse extra-utérine (de 72 à 75%) et un risque d’accouchement prématuré avec des bébés de faible poids à la naissance ;
  • Infertilité : causée par un environnement vaginal modifié (pas amical pour les spermatozoïdes).

Saines habitudes

Les pertes vaginales normales sont le résultat d’un nettoyage naturel (vagin autonettoyant). Le saignement menstruel est également une sorte de nettoyage. Si les femmes veulent avoir un vagin plus propre avec une meilleure odeur, elles devraient prendre quelques habitudes saines :

Les parties intimes doivent être lavées avec du savon en pain ordinaire au moins une fois par jour (mieux vaut 2 fois : matin et soir).

Évitez d’utiliser des savons ou des nettoyants agressifs sur la vulve ou à l’intérieur du vagin : ils peuvent changer l’équilibre du pH.

Un régime alimentaire sain est important pour un vagin sain : par exemple, le jus de canneberge et le yogourt peuvent aider à prévenir et à traiter les mycoses vaginales. Le soja peut améliorer la lubrification naturelle.

Le sexe sans risque est absolument crucial : le vagin doit être protégé contre les infections sexuellement transmissibles (VIH, herpès génital, syphilis, gonorrhée, verrues génitales, chlamydia) qui peuvent provoquer une inflammation, une irritation, des odeurs vaginales désagréables, des démangeaisons vaginales, des pertes vaginales intenses et des sensations de brûlure.

Ne jamais manquer une visite annuelle au gynécologue (à partir de 21 ans ou dans les trois ans qui suivent une activité sexuelle) : les tests de routine découvriront tous les risques possibles (infections et cancer).

Portez des sous-vêtements en coton, évitez les thongs et les sous-vêtements synthétiques : le coton peut garder le vagin propre et sec. Les tissus synthétiques peuvent augmenter la chaleur et l’humidité, entraînant potentiellement une prolifération des bactéries et des infections.

Enlevez les maillots de bain humides et les vêtements de sport en sueur le plus rapidement possible.

Toujours vous essuyer de l’avant vers l’arrière pour éviter la contamination bactérienne du vagin et pour réduire les risques d’infection de la vessie.

Pratiquez une hygiène spéciale pendant la menstruation : changez les tampons et les serviettes hygiéniques régulièrement pendant vos règles. Pour éviter le syndrome de choc toxique (TSS), ne pas garder le même tampon pendant plus de 8 heures.


Matched Links from Women Info Sites / Google