Pages Navigation Menu

Kystes ovariens

Les kystes ovariens sont des poches (de différentes tailles) remplies de liquide qui se développent dans les ovaires. La plupart des kystes sont sans danger mais ils peuvent parfois causer des problèmes tels que saignements, infertilité, disfonctionnements menstruels, douleurs, éclatements et parfois une intervention chirurgicale urgente est nécessaire. Les kystes ovariens sont fréquents chez les femmes en âge de se reproduire. En général, le kyste ne contient que du liquide et est entouré d’une très mince paroi. Cette sorte de kyste est aussi appelé kyste fonctionnel ou kyste simple. Par exemple, si un follicule ne parvient pas à s’ouvrir et à libérer son ovule, le liquide y reste et peut former un kyste dans l’ovaire. De petits kystes (moins d’un cm) peuvent être présents dans un ovaire normal tout en permettant aux follicules de se former.

Dans la plupart des cas, les kystes sont considérés comme fonctionnels (temporaires) et la plupart des kystes ovariens ne sont pas cancéreux et beaucoup disparaissent d’eux mêmes en quelques semaines sans traitement. Mais parfois les kystes peuvent être cancéreux et constituer une menace pour la santé et la vie de la femme.

Kyste fonctionnel folliculaire

Kyste ovarien

Kyste ovarien

Ce type de kyste simple peut se développer quand l’ovulation ne se produit pas. Il se forme d’habitude à la place de l’ovulation et peut atteindre jusqu’à 10 cm de diamètre. La rupture de ce type de kyste peut produire une douleur aiguë du côté de l’ovaire où il s’est formé. Ces kystes de type normal régressent souvent et disparaissent en deux ou trois cycles menstruels. Dans beaucoup de cas, ces kystes ne donnent aucun symptôme et disparaissent d’eux-mêmes en quelques mois.
Comme se type de kyste se forme pendant l’ovulation, il n’apparaît que très rarement chez les femmes ménopausées puisqu’elles ne produisent plus d’ovules.

Kyste du Corpus Luteum

Ce type de kyste ovarien fonctionnel se forme pendant la phase lutéale du cycle menstruel, c’est-à-dire après la libération d’un ovule par un follicule. Après l’ovulation le follicule se transforme en ce qu’on appelle “corpus luteum”. Si une grossesse ne se produit pas, le corpus luteum se dissout. Parfois il peut se remplir de liquide ou de sang et reste dans l’ovaire. La plupart du temps, ce kyste ne se forme que d’un côté et ne produit aucun symptôme.

Kyste hémorragique

Ce type de kyste se manifeste par son saignement. Il peut aussi être d’origine traumatique (coup, accident, …). La femme peut ressentir une douleur soudaine d’un côté. Le traitement par la chaleur (bain chaud, par exemple) est déconseillé.

Kyste dermoïde

Ce type de kyste est en général rempli de différents tissus : poils, os, cartilage, graisse, peau. C’est un kyste anormal qui affecte généralement les femmes plus jeunes et peut grossir jusqu’à 15 cm de diamètre. Les femmes atteintes peuvent avoir des douleurs abdominales intenses.

Kyste endométroïde

Ces kystes sont aussi connus comme les kystes “chocolats” de l’endométriose et se forme lorsque qu’un tissus similaire à celui de la paroi interne de l’utérus (l’endomètre) se développe dans les ovaires. Il affecte les femmes dans leurs années reproductives et peut causer une douleur pelvienne chronique associée aux règles : l’endométriose. L’endométriose est la présence de tissu ou de glandes de l’endomètre hors de l’utérus. Elle peut aussi entraîner une infertilité des femmes atteintes. Les kystes endométroïdes sont souvent remplis de sang noir ou brun rougeâtre et ont une grosseur variable de 1 à 10 cm.

Ovaire d’apparence polykystique

L’ovaire d’apparence polykystique est diagnostiqué sur base de la taille de l’ovaire généralement doublée et des petits kystes sur sa paroi externe. Cet état peut se rencontrer aussi bien chez une femme “normale” que chez une femme souffrant de disfonctionnement hormonal.
Ces kystes se forment à partir d’un follicule, font enfler l’ovaire et forment une couche épaisse autour de l’ovaire. Ils sont souvent la cause de l’infertilité. Le syndrome ovarien polykystique (SOPK) est assez fréquent et survient chez 4% à 8% des femmes en âge de se reproduire. Il est associé à l’infertilité, l’irrégularité des règles, l’hirsutisme, les saignements anormaux et une incidence accrue des fausses couches.

Cystadénome

Ce sont des kystes ovariens qui se forment à partir de cellules de la surface externe des ovaires. Le cystadénome est une tumeur bénigne qui se développe à partir de tissu ovarien. Il peut être rempli de liquide de type muqueux. Il peut devenir très gros, jusqu’à 30 cm ou plus de diamètre. Il doit être extrait le plus vite possible.

Facteurs de risques d’attraper un kyste ovarien

  • En avoir déjà eu antérieurement
  • Cycles menstruels irréguliers
  • Augmentation de la répartition de la graisse sur la partie supérieure du corps
  • Menstruation précoce (dès 11 ans ou plus tôt)
  • Infertilité
  • Troubles hormonaux y compris l’hypothyroïdisme
  • Certains types de traitements incluant du tamoxifen et la thérapie du cancer du sein

Symptômes des kystes ovariens

Dans beaucoup de cas, les kystes ovariens ne provoquent aucun symptôme et ne sont découverts qu’à l’occasion d’un examen médical (la plupart du temps par échographie). Parmi les symptômes typiques, on a :

  • Douleur pelvienne ou dans le bas-ventre. Elle peut être passagère, sévère, soudaine et/ou aiguë.
  • Cycle menstruel anormal : règles manquantes, règles douloureuses, règles irrégulières et/ou saignements utérins.
  • Tension dans le bas-ventre et/ou la région pelvienne.
  • Douleurs pelviennes pendant les règles qui peuvent aussi être ressenties dans le bas du dos.
  • Douleur pelvienne après rapports sexuels et/ou après des exercices physiques.
  • Douleur ou tension dans le bas-ventre et/ou la région pelvienne pendant la miction ou la défécation.
  • Etourdissements, nausées et vomissements (avec ou sans douleur pelvienne).
  • Gène ou douleur dans le vagin.
  • Infertilité.

Traitement des kystes ovariens

Dans la plupart des cas, les kystes ovariens ne nécessitent pas de traitement mais il vaut toujours mieux se faire examiner régulièrement.

Le traitement dépend de l’intensité des symptômes et aussi de plusieurs facteurs tels que le type de kyste, l’âge de la femme, l’état de santé, les projets de procréation et l’intensité de la douleur. Le point important est que plus tôt le kyste ovarien est découvert, plus le traitement sera efficace moins il sera invasif.

Parfois les médecins recommandent d’attendre deux ou trois mois pour voir si le kyste ne disparaît pas de lui-même. Une jeune femme inexpérimentée pourrait en être inquiète mais dans beaucoup de cas, les kystes disparaissent sans traitement ni intervention médicale.

Parfois des pilules contraceptives ou autres hormones peuvent être prescrites lesquelles peuvent être très efficaces contre certains types de kystes. Les kystes fonctionnels se retrouvent très rarement chez les femmes qui utilisent des pilules contraceptives puisque cette méthode contraception empêche l’ovulation. Les pilules ne sont pas efficaces contre d’autres types de kystes mais elles offrent une certaine protection contre les kystes ovariens malins.

IMPORTANT de savoir

Les contraceptifs oraux (pilules) diminuent le risque de voir se développer un kyste ovarien parce qu’elles réduisent le nombre de follicules ovariens et empêchent les ovaires de produire des ovules.

Parfois, la chirurgie est la seule solution contre des kystes ovariens. La chirurgie est nécessaire quand les kystes sont extrêmement gros, quand ils sont cancéreux ou quand ils ne répondent pas au traitement hormonal. La chirurgie peut aussi être nécessaire si la femme est ménopausée, si elle souffre de douleurs sévères et/ou saigne et lorsque le kyste est entortillé. La chirurgie peut aller d’une simple extraction du kyste jusqu’à l’ablation de l’ovaire ou même, dans des cas très sévères, l’hystérectomie (ablation de l’utérus) peut être recommandée.

Ce qu’il est IMPORTANT de savoir sur les kystes ovariens

Puisque les kystes ovariens ne causent souvent aucun symptôme, il est particulièrement important pour les femmes qui en ont déjà eu dans le passé de se soumettre à un examen pelvien périodique. Les femmes qui ont eu des kystes dans le passé courent beaucoup plus de risques d’en développer de nouveaux. L’endométriose doit être considérée comme un facteur négatif par rapport aux kystes ovariens (le traitement pourra être plus difficile et la chirurgie plus probable).
En cas de kyste ovarien malin, plus précoce est le traitement, meilleures sont les chances de guérison. Les femmes en voie de ménopause ou déjà ménopausées ont plus de risques de développer un kyste ovarien cancéreux.

IMPORTANT de savoir

Plus précoce sont le diagnostic et traitement, meilleures sont les chances de guérison complète.

 

Leave a Comment