Pages Navigation Menu

Saignement en début de grossesse

Le saignement en début de grossesse peut être très stressant, surtout s’il s’agit d’un bébé planifié. Dans certains cas, il s’agit d’un saignement léger parfaitement inoffensif («hémorragie d’implantation») lorsque l’embryon s’implante dans la paroi de l’utérus pour un développement ultérieur, mais des saignements précoces peuvent parfois être le signe d’une situation dangereuse.

Selon les experts de la santé, les saignements en début de grossesse sont relativement fréquents : ils peuvent survenir chez environ 20% (une femme sur quatre) des grossesses. Dans la plupart des cas ce n’est pas vraiment un saignement mais quelques gouttes de sang. Mais si une femme enceinte a des saignements et des crampes, cela signifie que des soins médicaux urgents sont nécessaires. Les principales causes d’hémorragie précoce sont les suivantes :

Saignement en début de grossesse : implantation

Saignement en début de grossesse

Saignement en début de grossesse

Les saignements d’implantation sont des saignements qui se produisent lorsque l’ovule fécondé pénètre (s’implante) dans la paroi interne de l’utérus. Habituellement le saignement d’implantation apparaît 6 à 12 jours après la conception, au moment attendu des règles. Parfois, un saignement d’implantation peut apparaître avant même que la femme se rende compte qu’elle est enceinte.

Les saignements d’implantation ne se produisent pas à chaque grossesse et peuvent être considérés comme une cause bénigne de saignement. Le saignement d’implantation est généralement léger (parfois comme des taches), court (quelques jours) et accompagné de certains symptômes de la grossesse tels que nausées, nausées matinales, sensibilité des seins, augmentation de l’appétit, fatigue, etc.

Saignement en début de grossesse : fausse couche

Parfois, les femmes ont des saignements au cours des trois premiers mois qui pourraient être menace de fausse couche ce qui signifie une situation dangereuse qui peut encore être traitée et la grossesse peut être sauvée. C’est pourquoi des soins médicaux urgents sont nécessaires. Les symptômes typiques d’une menace de fausse couche comprennent des saignements rouges (sang frais) et de légères crampes, mais le col de l’utérus reste fermé et le fœtus est toujours viable. Parfois, le saignement pendant une menace de fausse couche s’arrête, parfois il s’arrête après un traitement adéquat, mais parfois il finit par se terminer par une fausse couche complète (avortement spontané).

Si l’avortement spontané se produit au cours des premières 24 semaines de grossesse, il est appelé « fausse couche ». Les fausses couches surviennent généralement au cours des 12 premières semaines de gestation. Environ 15-20% des grossesses se terminent par une fausse couche avant 12 semaines de grossesse. En général, une femme enceinte sur cinq pourrait connaître une fausse couche. Les symptômes typiques de l’avortement spontané sont les suivants :

  • Saignement vaginal, parfois avec de petits morceaux de tissu,
  • Douleurs abdominales ou dorsales (crampes sévères),
  • Col ouvert.

Les causes de fausse couche pourraient être différentes, y compris les anomalies génétiques, l’insuffisance hormonale et les infections.

Saignement en début de grossesse : grossesse extra-utérine

Selon les statistiques de la santé, la grossesse extra-utérine survient dans environ une grossesse sur 60. Au cours de la grossesse ectopique l’ovule fécondé s’implante en dehors de l’utérus. Presque toutes les grossesses extra-utérines se développent dans les trompes de Fallope et seulement 1% des grossesses extra-utérines peuvent apparaître dans le col de l’utérus, l’ovaire ou l’abdomen. La grossesse extra-utérine dans la trompe de Fallope est appelée « grossesse tubaire ». La grossesse ectopique ne peut pas survivre. En général, la grossesse extra-utérine est une situation assez dangereuse qui nécessite des soins d’urgence (souvent des interventions chirurgicales).

Les symptômes typiques de la grossesse extra-utérine sont les suivants :

  • Règles en retard,
  • Saignement vaginal léger,
  • Douleur abdominale croissante (pendant que la grossesse se développe, la douleur abdominale devient de plus en plus sévère),
  • Vertiges ou évanouissements (causés par une hémorragie interne),
  • Pression artérielle réduite (également causée par une perte de sang interne).

Saignement en début de grossesse : grossesse molaire

La grossesse molaire (tumeur trophoblastique gestationnelle) est une anomalie très rare et spécifique de la fécondation qui entraîne la croissance de tissus anormaux à l’intérieur de l’utérus. Ce n’est pas la grossesse mais la croissance de tissus dangereux anormaux. Parfois, ce tissu peut être cancéreux et peut se propager à d’autres parties du corps. Les symptômes typiques de la grossesse molaire sont les suivants :

  • Saignement vaginal continu,
  • Élargissement rapide de l’utérus,
  • Nausées et vomissements sévères.

Saignement en début de grossesse : facteurs cervicaux

La grossesse pourrait déclencher des changements dans le col de l’utérus, le rendant plus doux et plus sujet à saigner. Le « polype cervical dormant » pourrait également commencer à saigner après les changements mentionnés. Pendant la grossesse, du sang supplémentaire irrigue le col de l’utérus. Le col utérin de grossesse est sensible et pourrait être infecté ou traumatisé pendant les rapports sexuels. Les infections vaginales (y compris les infections sexuellement transmissibles) peuvent également causer des saignements précoces.


Matched Links from Women Info Sites / Google