Pages Navigation Menu

SIDA

Qu’est-ce que le VIH ?

Le VIH (Virus de l’immunodéficience humaine) est le virus qui cause le SIDA. Il peut se transmettre d’une personne à une autre quand du sang infecté, du sperme ou des sécrétions vaginales viennent en contact avec une plaie sur la peau ou les muqueuses d’une personne non infectée. En outre, une femme infectée peut passer le VIH à son bébé pendant la grossesse ou l’accouchement aussi bien qu’en allaitant. Les personnes porteuses du VIH sont dites infectées et certaines d’entre elles développeront le SIDA qui est la maladie causée par l’infection par le VIH. Dans les fluides corporels de la personne infectée, le VIH est présent à la fois comme particule virale libre et à l’intérieur des cellules infectées. Les quatre principales voies de transmission sont les rapports sexuels non protégés, le lait maternel, et la transmission d’une mère infectée à son bébé à la naissance.

Qu’est-ce que le SIDA ?

SIDA signifie syndrome d’immunodéficience acquise, ce qui signifie que la maladie n’est pas héréditaire mais se développe après la naissance par contact avec un agent pathogène, en l’occurrence le VIH. Immunodéficience veut dire que la maladie est caractérisée par un affaiblissement du système immunitaire. Un syndrome est un ensemble de symptômes qui indiquent ou caractérise une maladie. Dans le cas du SIDA, cela peut comprendre le développement de certaines maladies ou infections et/ou de cancers, aussi bien que la diminution du nombre de certaines cellules dans le système immunitaire.

SIDA

Comment le virus se transmet-il ?

Le VIH vit dans le sang et autres fluides corporels qui contiennent du sang ou des globules blancs. Les gens attrapent le VIH par :

  • Un rapport sexuel non protégé avec une personne infectée par le VIH. Cela inclut les rapports vaginaux et anaux ainsi que oraux avec un homme ou une femme sans condom ou autre écran. Les rapports sexuels avec une femme pendant ses règles ou en présence de plaies génitales ou autres lésions causées par l’herpès ou autres maladies sexuellement transmissibles peut augmenter le risque de transmission du VIH.
  • L’échange de matériel d’injection de drogues (seringues ou …) le contact accidentel avec des aiguilles ou autre objet pointu contaminé par du sang infecté.
  • Transfusion de sang contaminé ou autres produits sanguins infectés que l’on utilise dans le traitement de certaines maladies (hémophilie, par exemple).
  • La transmission de la mère à l’enfant pendant la grossesse, l’accouchement et/ou l’allaitement.
  • La transplantation d’organes de donneurs infectés.

Le VIH et le SIDA ne se transmettent pas par simple contact ordinaire dans lequel il n’y a pas de sang ou autre fluide corporel en jeu. Le VIH est ce qui se transmet de personne à personne. On n’”attrape” pas le SIDA, on est “contaminé par le VIH”.

Test “séropositif”

Que signifie un test “séropositif” ?

Un test positif signifie que votre corps a été infecté par le virus de l’immunodéficience humaine et que vous êtes susceptible de le transmettre à d’autres. Le test ne recherche pas la présence du virus lui-même ; il trouve dans votre sang des preuves de sa présence. Ce test ne permet aucunement de savoir qui vous a passé le virus, depuis combien de temps ni quand il commencera à affecter votre santé. On pourra vous dire que le résultat est positif pour le VIH, VIH+, positif aux anticorps du VIH ou séropositif pour le VIH. Toutes ces expressions sont équivalentes. Les personnes qui ont été infectées par le virus de l’immunodéficience humaine sont dites “malades du VIH” bien que la présence du virus n’est pas une maladie mais il va progressivement endommager le système immunitaire. Cela provoque le risque d’attraper des maladies que vous n’auriez pas eues autrement. Actuellement la médecine ne connaît aucun moyen de débarrasser quelqu’un du VIH. Il n’y a pas cure. Une fois infecté, c’est pour la vie.

Comment le VIH endommage-t-il le corps ?

Les virus sont souvent des “spécialistes”. Ils visent un type particulier de cellules du corps et s’y installent. Le VIH est connu pour attaquer les cellules T du système immunitaire. Cependant, il peut aussi attaquer les cellules du cerveau, du système nerveux, du système digestif, du système lymphatique et d’autres parties du corps. Le système immunitaire est constitué de cellules spécialisées qui éliminent les germes intrus afin de maintenir la santé du corps. Les cellules “T” (aussi appelées “T4”, “T-assistantes” ou “CD4”) sont les cerveaux de cette opération. Ces globules blancs identifient les intrus et donnent des ordres à des cellules “soldats” qui vont attaquer les divers bactéries, virus, cancers, moisissures, parasites, etc. qui provoquent des maladies. Comme tout virus, le VIH ne s’intéresse qu’à une chose : se reproduire. Une fois qu’il a attaqué une cellule T et s’y est installé, il transforme cette cellule en une petite fabrique de virus. A un certain moment, il y a tellement de nouveaux virus dans la cellule que celle-ci explose en dispersant le VIH dans le circuit sanguin. Ces virus attaquent d’autres cellules T et recommencent l’opération. Avec le temps, le VIH finit de cette manière par pratiquement détruire toutes les cellules T d’une personne.

Et puis, qu’est-ce qu‘il se passe ?

Avec de moins en moins de “leaders” pour les avertir, les cellules “soldats” perdent toute efficacité. Elles ne peuvent plus reconnaître et chasser les organismes qu’un système immunitaire intact n’aurait aucune peine à éliminer. Ces organismes peuvent être déjà dans le corps mais dans un état “dormant” ou s’y introduire de l’extérieur. La faiblesse du système immunitaire leur donne l’occasion de se réveiller, de se multiplier et de provoquer des maladies. On appelle donc ces maladies des “infections opportunistes”. Les personnes dont le système immunitaire est parfait état de fonctionnement ne sont quasi jamais affectées par ces infections ordinaires mais celles dont le système immunitaire est endommagé y sont très vulnérables.

Donc, quelle est le lien entre le VIH et le SIDA ?

Quand une personne dont le système immunitaire est affaibli par le VIH succombe à une de ces infections opportunistes ou si son nombre de cellules T tombe en-dessous de 200 ou 14%, cette personne peut être diagnostiquée comme ayant le SIDA. Le SIDA étant un “syndrome”, cela signifie que ce n’est pas une seule maladie mais une collection de maladies. Le Centre de Contrôle des Maladies (CDC, Atlanta, USA) a rassemblé une liste de “maladies spécifiques du SIDA” chez l’adulte. Le diagnostique chez l’enfant part d’une liste légèrement différente.
Le SIDA peut être vu comme la forme la plus sévère de la maladie du VIH. Tous les experts médicaux sauf une poignée d’entre eux pensent actuellement que le VIH est le premier agent responsable du SIDA.

Cette article provient de HIV Coalition (HIVCO).


Liens assortis des Femmes Info / Google


Leave a Comment