Pages Navigation Menu

Gonorrhée pertes vaginales

Les pertes vaginales lors d’une gonorrhée sont très typiques : elles sont plus abondantes et jaunâtres avec irritation, rougeur et gonflement de la région génitale, brûlure ou démangeaisons de la région du vagin et saignements entre les périodes des règles.

La gonorrhée est une maladie sexuellement transmissible (MST) très courante. La gonorrhée est causée par la neisseria gonorrhoeae, une bactérie qui se multiplie facilement dans les endroits chauds et humides des organes reproducteurs notamment le col de l’utérus, l’utérus, les trompes de Fallope et l’urètre (canal urinaire). Elle peut aussi se développer dans la bouche, la gorge, les yeux et l’anus.

La gonorrhée est une des maladies sexuellement transmissibles la plus anciennement connue. On estime qu’il y a en permanence environ un million de femmes infectées par la gonorrhée. Parmi les femmes infectées, 25% à 40% seront aussi infectées par la chlamydia, une bactérie qui cause une autre MST. Les autorités sanitaires recommandent que toutes les femmes diagnostiquées avec une gonorrhée soient aussi traitées contre la chlamydia.

Contrairement à la croyance populaire, la gonorrhée ne peut pas se transmettre par les sièges des WC ni par les clenches de portes. La bactérie qui provoque la gonorrhée exige des conditions spécifiques pour croître et se reproduire. Elle ne peut pas vivre hors du corps plus de quelques secondes ou minutes et elle ne peut pas vivre sur la peau des mains, des bras ou des jambes. Elle ne survit que sur des surfaces humides à l’intérieur du corps et on la trouve le plus couramment dans le vagin et plus souvent dans le col de l’utérus. Elle peut aussi vivre dans l’urètre, le canal par lequel l’urine est évacuée de la vessie. La gonorrhée peut même exister dans le fond de la gorge (à partir d’un contact bucco-génital) et dans le rectum.

Une personne infectée peut aussi propager la gonorrhée d’une partie de son corps à une autre par le toucher. La gonorrhée peut se transmettre par toute forme de rapport sexuel notamment oral, vaginal et rectal. La gonorrhée peut se transmettre au nouveau-né si la mère est infectée lors de l’accouchement.

Gonorrhée pertes vaginales – Transmission

Gonorrhée pertes vaginales – Transmission

La gonorrhée se transmet par contact avec le pénis, le vagin, la bouche ou l’anus. Il n’est pas nécessaire que l’éjaculation ait lieu pour que la gonorrhée se transmette à l’un ou à l’autre partenaire. La gonorrhée peut aussi être transmise par la mère au bébé au moment de l’accouchement.
Les personnes qui ont eu une gonorrhée et qui en ont été guéries peuvent de nouveau l’attraper par contact sexuel avec une personne infectée.

Gonorrhée pertes vaginales – Symptômes

Chez les femmes c’est le col de l’utérus qui est principalement atteint par la gonorrhée. Cependant, la gonorrhée non traitée peut se propager à l’utérus et aux trompes de Fallope. Malheureusement, les symptômes de la gonorrhée chez les femmes passent souvent inaperçus. Plus de 50% des femmes n’ont pas de symptômes, spécialement au début de l’infection. Lorsque les femmes ont des symptômes, ce peuvent être :

  • saignement anormal,
  • miction fréquente
  • douleur ou sensation de brûlure en urinant,
  • pertes vaginales plus abondantes et jaunâtres,
  • irritation générale de l’extérieur de la région vaginale (rougeurs et gonflement des organes génitaux),
  • brûlure ou démangeaisons de la région vaginale,
  • saignement vaginal entre les règles.

Quand les femmes ont une gonorrhée dans la gorge ou le rectum, les symptômes tels que douleur, gonflement, démangeaison, irritation et écoulements se produisent souvent.
Les femmes atteintes de gonorrhée courent un risque de faire des complications graves quelles que soient la présence et la sévérité des symptômes. Non traitée, la gonorrhée peut entraîner une infection pelvienne avec inflammation des trompes de Fallope et des ovaires. L’infection des trompes de Fallope par la gonorrhée peut conduire à la grave et douloureuse maladie inflammatoire pelvienne (MIP). La MIP survient chez 10% à 40% des femmes atteintes d’une infection par la gonorrhée du col de l’utérus.
Les symptômes de l’infection pelvienne sont notamment :

  • fièvre,
  • crampes pelviennes,
  • douleur abdominale,
  • rapports sexuels douloureux.

La gonorrhée peut être cause d’infertilité. Parfois, si l’infection est assez sévère, une infection localisée se développe avec formation d’un abcès purulent et une intervention chirurgicale s’impose au risque de mettre la vie de la femme en péril. La gonorrhée chez les femmes peut créer les conditions d’une infection plus sérieuse comme le SIDA.

Gonorrhée pertes vaginales – Traitement

Plusieurs antibiotiques peuvent traiter avec succès la gonorrhée chez les adultes et les adolescent(e)s. Cependant des souches résistantes de gonorrhée sont en augmentation dans le monde et la guérison de la gonorrhée devient de plus en plus difficile. Comme beaucoup de personnes atteintes de gonorrhée le sont aussi de la chlamydia (une autre MST), des antibiotiques visant les deux infections sont généralement administrés en même temps. Les personnes atteintes de gonorrhée devraient toujours être dépistées pour d’autres MST.

Il est important de bien prendre tous les médicaments prescrits contre la gonorrhée. Bien que les médicaments arrêtent l’infection, ils ne répareront pas les dégâts permanents causés par la maladie. Les personnes qui ont eu la gonorrhée et en ont été guéries peuvent la contracter de nouveau si elles ont des contacts sexuels avec des personnes infectées par la gonorrhée. Si les symptômes persistent malgré le traitement, il vaut mieux se faire réexaminer par le médecin.

Gonorrhée pertes vaginales – Prévention

La façon la plus sûre d’éviter la transmission de la gonorrhée, c’est de s’abstenir de rapports sexuels ou d’être en relation mutuellement monogame avec un€ partenaire qui s’est fait dépister et que l’on sait exempt de gonorrhée.

Les condoms en latex, utilisés correctement et constamment permettent de réduire le risque de transmission de la gonorrhée.

Tout symptôme génital tel qu’écoulements, brûlure en urinant ou éruptions ou plaies inhabituels doit être un signal pour arrêter immédiatement les rapports sexuels et consulter un médecin. Si une personne a été dépistée et traitée pour la gonorrhée, elle doit avertir tous ses partenaires sexuels récents pour qu’ils puissent consulter et se faire éventuellement soigner. Cela réduira le risques que ces partenaires sexuels fassent des complications et que la personne traitée ne se fasse réinfecter. La personne doit stopper tous rapports sexuels jusqu’à guérison complète de la gonorrhée.


Liens assortis des Femmes Info / Google


Leave a Comment