Pages Navigation Menu

Infertilité masculine

Infertilité masculine : causes

(D’après Rachel Gurevich, About.com Guide)

Infertilité masculine est un sujet qui fait rarement la une des journaux télévisés de sorte que vous serez sans doute surpris d’apprendre que l’’infertilité de l’homme est presqu’aussi fréquemment impliquée que celle de la femme dans les difficultés qu’un couple a d’obtenir une grossesse.
La bonne nouvelle c’est que la plupart des cas d’infertilité masculine peut –être résolue soit en traitant sa cause soit par un traitement pour la fertilité. Quand ce n’est pas possible, un couple confronté à l’infertilité de l’homme peut se tourner vers un donneur de sperme ou vers l’adoption pour pouvoir fonder une famille.

Infertilité masculine est-elle répandue ?

Environ 10 à 15% des couples ne parviennent pas à obtenir une grossesse après un an de rapports sexuels non protégés. Dans ce groupe, les statistiques suivantes sur l’infertilité sont généralement d’application :

  • Trente à 40% de ces couples découvriront un problème de fertilité chez les deux partenaires.
  • Environ 20% des couples découvriront un problème de fertilité seulement chez l’homme.
  • Environ 30 à 40% découvriront un problème de fertilité seulement chez la femme.
  • Environ 10% des couples ne trouveront pas la raison de leur infertilité (on parle alors d’« infertilité inexpliquée »).
  • Parmi les hommes diagnostiqués comme infertiles, 10 à 15% ont une azoospermie (absence totale de spermatozoïdes). L’azoospermie est présente dans environ 1% de la population générale.

Infertilité masculine : diagnostique

Infertilité masculine

L’infertilité masculine est généralement diagnostiquée sur base d’une analyse du sperme. Ce test relativement simple implique que l’homme fournisse un échantillon au laboratoire pour évaluation. Le labo utilise cet échantillon pour mesurer la quantité de sperme et compter le nombre de spermatozoïdes, évaluer leur forme et leur mobilité.

Idéalement, le test devrait être effectué deux fois au moins pour confirmer les résultats.

La plupart du temps une analyse élémentaire du sperme c’est tout ce qui est nécessaire pour diagnostiquer l’infertilité masculine. Cependant un examen plus approfondi pourra inclure :

  • Un examen physique général par un urologue.
  • Une analyse du sperme spéciale comportant un test génétique des spermatozoïdes (à la recherche d’anticorps) et l’évaluation de spermatozoïdes immobiles (pour voir s’ils sont morts ou vivants).
  • Une analyse de sang pour vérifier les taux d’hormones, généralement de la FSH et de la testostérone mais parfois aussi de la LH, de l’œstradiol et de la prolactine.
  • Un examen du caryotype génétique lorsqu’il y a un problème de fausses couches répétées.
  • Une échographie.
  • Un test d’urine post-éjaculatoire pour voir s’il n’y a pas d’éjaculation rétrograde.
  • Une biopsie testiculaire.
  • Un vasographie.

Infertilité masculine : symptômes

Si un couple ne parvient pas à obtenir une grossesse après un an de rapports non protégés, à la fois l’homme et la femme doivent être examinés.

Contrairement à l’infertilité féminine (où l’irrégularité des règles peut donner une indication), des symptômes évidents ne sont pas courants chez l’homme infertile.

Dans certains cas, des problèmes hormonaux peuvent être soupçonnés si l’homme a une pilosité anormale, une libido réduite ou autres indications de dysfonctionnement sexuel.

Les facteurs de risque pour l’infertilité masculine sont notamment l’obésité, l’âge (après 40 ans ; oui, les hommes aussi ont des horloges biologiques), une infection ancienne ou actuelle par une MST, le tabagisme ou la consommation excessive d’alcool. Certains médicaments peuvent aussi nuire à la fertilité des hommes.

Qu’est-ce qui cause l’infertilité masculine ?

Analyse du sperme et diagnostic d’infertilité

Les causes possibles de l’infertilité masculine sont :

  • Absence totale de spermatozoïdes (azoospermie).
  • Faible nombre de spermatozoïdes (oligospermie).
  • Spermatozoïdes de forme anormale (tératozoospermie).
  • Problèmes de mobilité des spermatozoïdes (asthénozoospermie).
  • Les spermatozoïdes sont complètement immobiles (nécrozoospermie). Ils peuvent être vivants mais immobiles ou carrément morts.
  • Problème de livraison du sperme dû à un dysfonctionnement sexuel, une obstruction, une vasectomie antérieure ou une éjaculation rétrograde.
  • Des problèmes d’érection ou autres problèmes sexuels.

Il y a une variété de problèmes qui peuvent entraîner une infertilité masculine. La cause la plus courante c’est la varicocèle. Il s’agit d’une veine variqueuse dans le scrotum. La chaleur supplémentaire provoquée par cette veine peut nuire à la quantité de spermatozoïdes et à leur mobilité.

Infertilité masculine : options de traitement

Certaines causes de l’infertilité masculine sont traitables ou corrigibles par la chirurgie. Les options de traitement sont notamment :

  • Antibiotiques en cas d’infection.
  • Correction chirurgicale pour enlever la varicocèle, réparer la vasectomie ou déboucher un conduit obstrué.
  • Des médicaments pour améliorer la production de spermatozoïdes.

Au cas où les traitements ci-dessus seraient inopérants ou si la cause de l’infertilité de l’homme est inconnue ou impossible à traiter, on peut proposer une injection intra-utérine (IUI) ou une fécondation in vitro (FIV).

L’IUI, qui consiste à transférer les spermatozoïdes dans l’utérus via le col, est couramment utilisé en cas de spermatozoïdes peu nombreux ou de mauvaise qualité. Une FIV peut être suggérée si l’IUI ne réussit pas ou ne convient pas au cas considéré ou si le problème se complique d’une infertilité chez la femme.

Dans certains cas, votre médecin pourra vous recommander une opération appelée injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI) qui peut faire partie d’une FIV et dans laquelle on injecte un seul spermatozoïde dans un ovule.

Si les spermatozoïdes ne sont pas présents dans l’éjaculat mais sont néanmoins produits, le médecin peut éventuellement les extraire directement des testicules ou de la vessie (en cas d’éjaculation rétrograde) et les utiliser pour féconder un ovule au laboratoire, ce qui revient à la FIV.

Cependant si aucune de ces options n’est possible ou si elles ne réussissent pas, le médecin peut vous parler de la possibilité d’utiliser le sperme d’un donneur ou d’envisager une adoption pour vous permettre de quand même fonder une famille.

(D’après //infertility.about.com/od/causesofinfertility/a/male_infertility.htm)


Liens assortis des Femmes Info / Google


Leave a Comment