Pages Navigation Menu

Odeur génitale chez la femme

L’odeur génitale chez les femmes peut être normale et anormale. Chaque femme en bonne santé a une odeur et des phéromones vaginales assez spécifiques qui attirent les hommes. Mais parfois, l’odeur génitale peut changer et devenir forte, désagréable et gênante. L’odeur génitale peut varier tout au long du cycle menstruel. Une odeur génitale désagréable peut être stressante, en particulier si elle est remarquée et commentée par quelqu’un d’autre. L’odeur génitale est une combinaison de plusieurs facteurs, notamment la sécrétion vaginale, les phéromones, le métabolisme des bactéries, parfois l’urine et les selles. Une mauvaise odeur génitale désagréable peut être associée à plusieurs facteurs, notamment les infections sexuellement transmissibles, les dysfonctionnements hormonaux, la transpiration excessive, une mauvaise hygiène et des objets étrangers oubliés.

Odeur génitale chez la femme : causes

Les causes des odeurs génitales peuvent être différentes et, dans chaque cas, des investigations détaillées doivent être effectuées. Souvent, certaines infections peuvent être responsables des odeurs et chaque infection doit être traitée séparément. Parfois, les femmes peuvent éliminer les odeurs en changeant simplement de régime alimentaire ou en portant des vêtements non synthétiques et non serrés.

Odeur génitale chez la femme : infections

Odeur génitale

Quelques infections peuvent être responsables d’odeurs génitales désagréables :

  • vaginose bactérienne ;
  • trichomonas ;
  • ulcères de la vulve : dus principalement à la donovanose (granuloma inguinale) ou au chancre ;
  • maladie inflammatoire pelvienne provoquée par des maladies sexuellement transmissibles ;
  • vaginite, vulvovaginite et colpite provoquées par plusieurs microbes, dont le candida (mycoses) ;
  • fistule vaginale (rectovaginale, vésico-vaginale, colovaginale, urétéro-vaginale, urétro-vaginale, entéro-vaginale) ;
  • hidradénite suppurée (ressemblant à des boutons).

La vaginose bactérienne (déséquilibre des bactéries vaginales) est la cause la plus courante d’odeur vaginale. Les symptômes typiques de la vaginose bactérienne comprennent une odeur vaginale de poisson, des pertes vaginales fines et blanchâtres et des sensations de brûlure dans le vagin et pendant la miction.

Le trichomonas est l’une des infections sexuellement transmissibles. Il peut provoquer une odeur génitale, des pertes vaginales mousseuses jaunes verdâtres, des sensations de brûlure dans le vagin et pendant la miction.

La mycose peut provoquer des pertes vaginales blanches épaisses comme du fromage blanc, des démangeaisons vaginales intenses, des douleurs, une sensation de brûlure pendant la miction et les rapports sexuels.

La maladie inflammatoire pelvienne est l’infection des organes reproducteurs : elle apparaît comme une complication des maladies sexuellement transmissibles (principalement la chlamydia et la gonorrhée). Les symptômes comprennent l’odeur nauséabonde, les pertes vaginales, les douleurs pelviennes, les douleurs abdominales, la fièvre et l’infertilité.

Odeur génitale chez la femme : troubles hormonaux

Il est bien connu que l’odeur génitale peut être différente pendant les cycles menstruels en fonction des fluctuations hormonales. Au cours des principales périodes de changements hormonaux physiologiques (puberté et ménopause), les femmes peuvent également sentir différentes odeurs génitales. Les dysfonctionnements hormonaux (principalement des taux réduits d’hormones féminines) pourraient déclencher une odeur génitale. En règle générale, une réduction des taux d’œstrogènes provoque la dilatation des tissus vaginaux et les rend moins acide (modification du métabolisme et de l’odeur vaginales).

Odeur génitale chez la femme : régime alimentaire

« Tu es ce que tu manges ». En fait, une alimentation quotidienne (certains aliments) peut affecter l’odeur vaginale ainsi que l’odeur des aisselles, du cuir chevelu, de la bouche et des pieds. Il est bien connu que les aliments à forte odeur tels que les piments, le poivre, l’ail, l’oignon, le fromage bleu, le chou, le poisson et le brocoli ont tendance à avoir le plus d’impact.

Odeur génitale chez la femme : transpiration excessive et mauvaise hygiène

Une transpiration excessive et une mauvaise hygiène, associées à l’obésité, déclenchent souvent une odeur vaginale désagréable. Cette odeur est une combinaison de la sécrétion des glandes sudoripares apocrines du vagin (métabolisées par les bactéries vaginales) et de la sueur des plis cutanés des obèses : tous deux emprisonnés par des sous-vêtements et des vêtements synthétiques serrés et pas très frais.

En même temps, une transpiration excessive après un exercice physique peut également entraîner une odeur vaginale, raison pour laquelle une hygiène quotidienne est essentielle à la prévention des odeurs vaginales. Parfois, les douches vaginales pourraient être la solution la plus simple.

Odeur génitale chez la femme : objets oubliés

Les objets étrangers oubliés dans le vagin, tels que les tampons hygiéniques menstruels, les diaphragmes ou les éponges, pourraient déclencher non seulement une odeur génitale désagréable, mais également des infections vaginales secondaires, des irritations et des démangeaisons vaginales.

Pour éviter les odeurs vaginales, les infections vaginales et le syndrome de choc toxique, ne gardez jamais le même tampon dans le vagin pendant plus de 8 heures.

Odeur génitale chez la femme : causes rares

  • constipation chronique associée à des ballonnements et des gaz rectaux ;
  • perturbations du système urinaire (système rénal) associées à une odeur accrue d’ammoniac ;
  • cancer vulvaire avec processus nécrotiques ;
  • conditions psychiatriques.

Odeur génitale chez la femme : tests

Les causes des odeurs génitales pourraient être identifiées par plusieurs tests de diagnostic, notamment des tests à domicile, des tests de laboratoire, des écouvillons vulvaires pour la microbiologie et des tests bactériologiques.

Odeur génitale chez la femme : recommandations générales

Accordez une attention particulière à l’hygiène privée quotidienne (douche, bain) ;

Évitez les sous-vêtements serrés et synthétiques ;

Portez des vêtements de coton amples.

Les sous-vêtements doivent être changés tous les jours après la douche.

Le tampon vaginal doit être changé fréquemment (la durée maximale de séjour est de 8 heures) ;

Contrôlez votre poids et maintenez un indice de masse corporelle (IMC) sain ;

Gardez votre système gastro-intestinal et rénal en bonne santé.


Liens assortis des Femmes Info / Google