Pages Navigation Menu

Saignements dans les trois premiers mois de la grossesse

Un saignement peut être dangereux pendant la grossesse quel que soit son état d’avancement. Ce saignement vaginal peut aller de quelques gouttes jusqu’à un fort saignement avec caillots et cela peut être très stressant pour la femme spécialement en cas de grossesse désirée. Une des choses les plus effrayantes c’est d’avoir un saignement dans le premier trimestre de la grossesse. Le saignement vaginal est un problème courant au début de la grossesse, complication qui survient dans 20% à 30% de toutes les grossesses.

Saignements dans les trois premiers mois de la grossesse : Causes

  • Des règles pendant la grossesse (???)
  • Saignement d’implantation
  • Saignement décidual
  • Saignement à cause de modifications du col de l’utérus
  • Fausse couche
  • Grossesse extra-utérine
  • Grossesse molaire
Ce qu’il importe de savoir :

Si vous avez des saignements pendant le premier trimestre de votre grossesse, on vous recommande de porter des serviettes hygiéniques ou protège-slips de sorte que vous puissiez surveiller la quantité et le type de saignement. C’est une information très importante pour les médecins.

En cas de saignements (même très légers), n’utilisez jamais de tampons hygiéniques et n’introduisez rien dans votre vagin, ni douche vaginale, ni rapport sexuel.

Si vous avez des saignements pendant le premier trimestre de votre grossesse en même temps que des douleurs, de la faiblesse, des nausées, etc., consultez immédiatement votre médecin.

Des règles pendant la grossesse (???)

En général, des règles normales (ni légères, ni brèves !) ne sont pas possible pendant une grossesse normale. Si quelqu’un vous raconte une histoire de règles survenues au cours d’une grossesse, écoutez poliment et pensez plutôt à un saignement décidual, un saignement d’implantation ou autres saignement inquiétant qui pourrait survenir pendant une grossesse.

Saignement d’implantation

Saignements dans les trois premiers mois de la grossesse

Le saignement d’implantation peut survenir à tout moment dans une période de 6 à 12 jours après une conception éventuelle. Chaque femme aura un saignement d’implantation différent : pour certaines, de légères taches pendant quelques heures, pour d’autres ces petites taches dureront un jour ou deux. Cela se produit quand l’ovule fécondé s’attache à la paroi de l’utérus. Cette sorte de saignement est intermittente, plus léger et plus tacheté que les règles normales. Certaines femmes ne se rendent pas compte qu’elles sont enceintes car elles prennent ce saignement pour des règles légères. Ce saignement qui ne dure pas longtemps ne devrait pas être confondu avec les règles.

Saignement décidual

Le saignement décidual se produit d’habitude quand les fluctuations hormonales ordinaires sont quelques peu perturbées et qu’à cause de cela une partie de la paroi de l’utérus est rejetée périodiquement alors même que la grossesse se poursuit. Il est courant que ces pertes ressemblant à des règles se produisent au tout début de la grossesse avant que le placenta se soit complètement installé. Le saignement décidual est plus courant au début de la grossesse quoique certaines femmes continuent à avoir ce semblant de règles tout au long de leur grossesse. En général, il ne faut pas s’en inquiéter.

Le saignement décidual est d’ordinaire une perte stimulée par les hormones de tissus semblables à des règles qui peuvent souvent être prises pour une fausse couche. La stabilisation de la paroi de l’utérus dépend des œstrogènes et de la progestérone. Il peut se faire qu’un déficit hormonal fasse se détacher des parties de cette paroi qui ne sont pas impliquées dans l’implantation. En général, un tel rejet de tissu décidual seul n’a pas d’impact sue la poursuite de la grossesse. Si ce ne sont que des déchets de tissus, ça peut ne rien vouloir dire.

Changements cervicaux

Pendant la grossesse, il y a une augmentation de l’afflux de sang vers le col de l’utérus. Un rapport sexuel ou un frottis, un contact avec le col, peut déclencher un saignement. Cette sorte de saignement n’est pas une cause d’inquiétude.

Infections cervicales

Certaines infections du col (cervicites) peuvent aussi causer des saignements au début de la grossesse. Les principales causes de cervicite peuvent être une mycose et/ou des maladies sexuellement transmissibles (MST) comme la chlamydia, la gonorrhée, la trichomniase, la gardnerella ou l’herpès. Toute infection vaginale doit être immédiatement traitée.

Polypes cervicaux

De petits polypes inoffensifs peuvent aussi causer un saignement pendant la grossesse. Ce sont de petites excroissances bénignes de tissu qui doivent probablement leur présence à un taux d’œstrogène qui favorise leur croissance. La plupart du temps, ils peuvent être doucement extirpés sans douleur pendant un examen gynécologique. Sinon, ils sont généralement détruits par le simple fait de l’accouchement. Il vaut toujours mieux enlever ces polypes cervicaux dès que possible.

Fausse couche

Si le saignement se produit pendant le premier trimestre, il pourrait être signe de fausse couche. Environ 15% à 20% de toutes les grossesses se terminent par une fausse couche et la majorité se produisent pendant les 12 premières semaines. Comme la fausse couche est la plus probable pendant les 12 premières semaines de la grossesse, elle est la préoccupation principale en cas de saignement pendant le premier trimestre. Les symptômes typiques de fausse couche sont aussi des crampes dans le ventre et des pertes de tissus par le vagin.

La plupart des fausses couches ne peuvent pas être empêchées. C’est souvent la façon dont l’organisme traite une grossesse qui n’évolue pas bien. Une fausse couche ne signifie pas que vous ne pourrez pas mener à terme une autre grossesse ni que vous-même avez un problème de santé.

Grossesse extra-utérine

La grossesse extra-utérine se produit quand l’ovule fécondé s’implante hors de l’utérus, le plus souvent dans une trompe de Fallope. A part le saignement, la femme avec grossesse extra-utérine aura de fortes douleurs dans le ventre, des nausées, des évanouissements et un taux trop faible de hCG.

Cependant, un embryon implanté hors de l’utérus ne peut pas devenir un bébé normal. Il peut provoquer de graves saignements internes. Dans ce cas, la trompe de Fallope doit être enlevée avec l’embryon mais cela ne veut pas dire que la mère aura des difficultés à concevoir à l’avenir pourvu que l’autre ovaire et l’autre trompe soient en bon état.

Actuellement, des médicaments modernes peuvent traiter la grossesse extra-utérine sans extraire la trompe de Fallope. Bien qu’une grossesse extra-utérine soit potentiellement dangereuse, elle ne se produit que dans environ 2% des grossesses.

Grossesse molaire

Le saignement est le symptôme le plus courant de la grossesse molaire (que l’on appelle parfois une “mole”). C’est un problème très rare dans lequel des tissus anormaux se développent après fécondation dans l’utérus au lieu d’un bébé. Dans de rares cas, ce tissu est cancéreux et peut se propager à d’autres parties du corps. On parle aussi de maladie trophoblastique gestationnelle.
Les autres symptômes de la grossesse molaire sont de fortes nausées et vomissements et un agrandissement rapide de l’utérus, pas de son cardiaque du fœtus et des sortes de grappes de raisin dans l’utérus détectés par échographie. Un taux inhabituellement élevé de hCG est très typique de la grossesse molaire.


Liens assortis des Femmes Info / Google


Leave a Comment