Pages Navigation Menu

Syndrome de Choc Toxique

Qu’est-ce que le syndrome de choc toxique (SCT) ?

Le syndrome de choc toxique (SCT) a été identifié au XXème siècle chez des femmes qui utilisèrent les premiers modèles de tampons hygiéniques. La nouvelle est apparue dans la presse dans les années 1980. Depuis lors, les fabricants ont complètement changé leur production de tampons et les cas de SCT ont significativement diminué. Les autres causes de SCT sont notamment l’utilisation de diaphragmes contraceptifs et d’éponges vaginales ainsi que des blessures infectées.

Vous avez probablement déjà entendu parler de cette maladie et du fait qu’elle peut être liée à l’usage de tampons hygiéniques. Le SCT est une affection très rare mais potentiellement dangereuse. Le SCT survient le plus souvent chez des femmes jeunes qui utilisent des tampons hygiéniques. Vous ne serez probablement jamais victime de SCT mais il est bon de savoir quels en sont les symptômes et comment éviter ce risque.

Les tampons ne causent pas le SCT par eux-mêmes. Le SCT est causé par une bactérie appelée staphylocoque doré. Si le tampon est laissé en place trop longtemps, il crée un environnement parfait pour le développement de différentes sortes de bactéries et notamment du staphylocoque doré.

Qu’est-ce qui cause un syndrome de choc toxique ?

Tampons

Des souches de staphylocoques dorés produisant des toxines responsables du SCT ont été formellement décrites pour la première fois en 1978. Avant cela, le syndrome était connu comme “fièvre écarlate staphylococcique”. Aussi bien la forme menstruelle que la forme non menstruelle du SCT sont causées par ces toxines qui libèrent des quantités massives de cytokines (médiateurs chimiques cellulaires) les quelles produisent fièvre, éruption cutanée, chute de tension, lésions tissulaires et choc.

A la fin des années 1980, on a découvert une maladie qui montrait des symptômes similaires à ceux de-u SCT mais qui est causée des toxines produites par une souche de streptocoque pyogène. Bien que souvent appelée syndrome de choc toxique, cette affection s’appelle plus correctement “syndrome de choc toxique streptococcique” (SCTS) ou “maladie mangeuse de chair”.

Comment attraper un syndrome de choc toxique (SCT) ?

Le syndrome de choc toxique débute par une infection staphylococcique localisée qui produit les exotoxines responsables. Entre 15% et 40% des humains en bonne santé sont porteurs du staphylocoque doré sur leur peau (colonisation) sans aucun signe d’infection ou de maladie. Cependant, les individus qui n’ont pas développé d’anticorps contre le staphylocoque doré peuvent être touchés par le SCT. De plus, le SCT peut survenir comme une complication d’une autre infection locale ou systémique telles que pneumonie, ostéomyélite, sinusite, blessures superficielles (suites chirurgicales, brûlures) où le staphylocoque doré peut se développer. Dans ce genre de situations, le patient a une susceptibilité accrue au SCT.

Comment éviter le SCT ?

Pour éviter le risque de SCT, voici les recommandations sur l’usage de tampons hygiéniques :

  Changez votre tampon toutes les 4 à 8 heures ou plus souvent si nécessaire.

  Choisissez un type de tampon qui possède la capacité d’absorption suffisante.

  Utilisez des tampons plus petits si vos règles sont moins abondantes.

  Le SCT survient souvent quand on utilise des tampons super absorbants. Ne les utilisez pas à moins que vos règles ne soient particulièrement abondantes.

  Utilisez alternativement serviettes et tampons hygiéniques. Vous pourriez par exemple utiliser des serviettes pour la nuit et des tampons pour la journée.

  Lavez-vous les mains avant d’introduire ou de retirer le tampon.

  N’utilisez pas de tampon pour absorber quoi que ce soit d’autre que vos règles. N’insérez le tampon que lorsque le flux menstruel est présent.

Si vous constatez les symptômes suivants alors que vous utilisez un tampon, retirez-le et voyez immédiatement un médecin !

Les symptômes du SCT sont :

Syndrome de Choc Toxique

  • Forte fièvre soudaine
  • Chute de tension
  • Une rougeur de la peau comme un coup de soleil
  • Desquamation (spécialement de la paume des mains et de la plante des pieds) 1 à 2 semaines après le début de la maladie
  • Diarrhée
  • Vertiges, étourdissements
  • Vomissements
  • Fortes douleurs musculaires
  • Confusion et perte d’orientation
  • Bleus dus à un faible nombre de plaquettes dans le sang
  • Rougeur des yeux, de la bouche et du vagin due à l’afflux de sang vers ces régions

Les symptômes ci-dessus peuvent ressembler à ceux d’une grippe. S’ils apparaissent alors que vous avez vos règles et vous portez un tampon, cela peut être un signal du SCT auquel cas il est fortement recommandé d’allez chez le médecin !

Les femmes qui ont eu un SCT doivent éviter dorénavant l’usage de tampons hygiéniques car une réinfection peut se produire. L’utilisation de diaphragmes ou d’éponges vaginales peuvent aussi augmenter le risque de SCT.


Liens assortis des Femmes Info / Google


Leave a Comment