Pages Navigation Menu

Infertilité et don d’ovule

Pour beaucoup de couples, être infertile ne signifie plus toute une vie sans avoir d’enfants. La science moderne et la recherche qui continue dans ce domaine ont permis à des millions de couples dans le monde à devenir parents d’un enfant bien constitué. Même des problèmes que l’on avait cru dans le temps rendre impossible la conception d’un enfant peuvent maintenant être surmontés. Un de ces problèmes de fertilité féminine, c’est le manque d’ovules disponibles pour la fécondation.

Qu’est-ce que le don d’ovule ?

Donc, que doit faire une femme si ses ovules sont de mauvaise qualité ou en trop faible quantité ? Recourir à une donneuse d’ovules peut significativement augmenter vos chances de grossesse. Par rapport à vos propres ovules, utiliser les ovules d’une donneuse est typiquement une meilleure option si vous n’avez pas une bonne réserve ovarienne.

La réserve ovarienne est la quantité et la qualité des ovules présents dans le corps de la femme et ce nombre diffère chez chaque femme. Dans certains cas, malgré un nombre élevé de follicules, ceux-ci peuvent ne pas mûrir à cause de problèmes tels que la défaillance ovarienne précoce. D’autres femmes peuvent avoir des ovules incapables d’être fécondés ou de s’implanter dans la paroi utérine par suite de défauts structurels.
Dans l’ensemble, des ovules de donneuse peut être une meilleure option lorsque :

  • Une femme a des règles irrégulières;
  • Un défaillance ovarienne précoce due à un problème génétique ou auto-immune a été diagnostiquée ou est survenue d’une radiothérapie ou d’une ablation des ovaires;
  • Une femme a plus de 40 ans et approche de la ménopause ou y est déjà;
  • Il n’y a eu aucun effet des médicaments pour la fertilité ;
  • Il y a un taux élevé de FSH dans le sang (La FSH est une hormone qui stimule la maturation des follicules en ovules). Si son taux est trop élevé dans le sang, cela signifie qu’il y a moins d’ovules présents dans le corps) ;
  • Une femme ne parvient pas à concevoir malgré des tentatives répétées de FIV ;
  • Il y a un risque de transmission d’une maladie génétique comme l’hémophilie de la mère à l’enfant.

Don d’ovule : Aspects physiques

Les médecins recommandent que si un couple opte pour le don d’ovules, la mère subisse un examen médical détaillé pour vérifier que son organisme est prêt pour une grossesse ou s’il y a un risque pour sa santé. C’est particulièrement important pour les femmes de plus de 40 ans.

L’utérus est aussi examiné pour voir s’il n’y a pas de déformations telles que des fibroïdes ou du tissu cicatriciel qui pourraient empêcher l’implantation de l’ovule.

Don d’ovule : Aspects psychologiques

La décision d’utiliser un ovule qui ne vient pas de soi est difficile. Le choix de la donneuse, qu’elle soit connue ou anonyme, les aspects religieux ou éthiques, le choix de le dire à l’enfant, à la famille, aux amis et, plus important encore, la ferme volonté des parents de recourir à un don d’ovules sont certains des aspects de la situation qui doivent être pris en compte.
Une consultation psychologique peut aider le couple à prendre une décision.

Don d’ovule : Sélection de la donneuse

Le choix de la donneuse est un point crucial. Elle peut être une amie de la famille, un membre de la famille ou une simple connaissance. Il y a aussi plusieurs organisations et sites internet qui fournissent des listes de femmes prêtes à offrir leurs ovules. Si vous fréquentez déjà une clinique de fertilité elle peut aussi avoir un pool de donneuses parmi lesquelles vous pouvez choisir. Certains couples ont pu aussi recruter une donneuse par petites annonces mais alors les antécédents de la personne sont difficiles à vérifier suffisamment.

Selon la façon dont vous trouvez une donneuse, elle pourrait aussi rester anonyme. Par exemple, si la clinique a un programme de dons d’ovules, elle vous permettra probablement de connaître les antécédents médicaux des donneuses, leurs caractéristiques physiques, leur niveau d’éducation, éventuellement leur profession et autres informations générales. Cependant, vous n’apprendrez pas les noms des donneuses ni leurs adresses ni aucune information qui permette de les identifier.
En général, les femmes de 18 à 35 ans en bonne santé, qui ne fument pas, qui n’ont pas maladie héréditaire ou sexuellement transmissible et qui sont psychologiquement normales sont les plus aptes à devenir des donneuses.

Don d’ovule : Examen de la donneuse

Pour garantir qu’une donneuse est physiquement, génétiquement et psychologiquement apte au don, elle devra passer un certain nombre de tests, notamment :

Infertilité et don d’ovule

  • Analyse du sang pour déterminer le groupe sanguin, le nombre de globules rouges et pour dépister toute infection qui pourrait être transmise à l’enfant ;
  • Dépistage du VIH;
  • Dépistage des hépatites B et C ;
  • Dépistage de la syphilis;
  • Dépistage de la mucoviscidose;
  • Antécédents médicaux de la donneuse et de sa famille pour vérifier qu’il n’y a pas de problème héréditaire ;
  • Mesure des taux d’hormones pour déterminer son degré de fertilité et si ses ovules sont bons.
  • Une consultation psychologique est aussi conseillée pour mieux la connaître et pour la préparer à l’opération.

Don d’ovule : Procédure

Une fois que vous avez décidé de recourir à un don d’ovules, la première chose à faire c’est de consulter un médecin ou une organisation qui proposent des donneuses. Cela permettra d’identifier vos besoins et de répondre à vos questions sur la procédure. Le conseiller s’efforecera aussi de découvrir vos caractéristiques physiques, vos envies et vos répugnances qui correspondent le mieux à la donneuse.

Après la sélection de la donneuse vient l’étape du cycle d’évaluation.

Don d’ovule : Cycle d’évaluation

Quand le processus de grossesse a lieu naturellement, l’utérus de la mère se prépare en épaississant sa paroi intérieure tandis que l’organisme augmente sa production d’hormones comme les œstrogènes et la progestérone en vue de la conception. Mais en cas de grossesse avec des ovules de donneuse, le corps de la mère n’est pas préparé pour la grossesse et c’est pourquoi les hormones doivent être induites artificiellement.

La future mère subira un cycle d’évaluation pour déterminer la quantité correcte d’œstrogènes et autres suppléments hormonaux à lui administrer avant de transférer les ovules de la donneuse fécondés. Ceci se fait en mesurant le taux d’œstrogènes dans le sang et à l’aide d’échographies pour observer la paroi de l’utérus. Le médecin pourra aussi donner des œstrogènes oralement ou par injections pour élever les taux d’hormones et ce, pendant une période de 10 à 14 jours.

En trois semaines environ, le cycle d’évaluation accompli.

Don d’ovule : Cycle

Ce cycle est aussi appelé cycle de coordination car les cycles de la mère et de la donneuse sont synchronisés à l’aide de pilules contraceptives. Une fois que c’est fait, la donneuse reçoit des médicaments favorisant la fertilité pour favoriser la production d’un plus grand nombre d’ovules matures pendant son cycle. Entretemps, la mère reçoit la dose appropriée d’œstrogènes qui a été déterminée au cours du cycle d’évaluation pour préparer son utérus à l’arrivée de l’embryon.

Un jour avant que les ovules soient récupérés chez la donneuse, la mère reçoit de la progestérone vaginalement ou par injection. Dès que les ovules ont été récupérés, le partenaire fournira un échantillon de sperme de sorte que ses spermatozoïdes puissent être combinés avec les ovules fraîchement collectés. Après 3 à 5 jours, une fois que les embryons se sont formés, deux à trois d’entre eux seront transférés dans l’utérus de la mère comme dans la procédure normale de la FIV.

La mère continuera à recevoir des doses d’œstrogène et de progestérone pour favoriser la grossesse. Dix à onze jours après le transfert d’embryons, un test de grossesse est effectué pour vérifier le succès de la procédure.

Don d’ovule : Avantages

Il y a un certain nombre d’avantages à utiliser les ovules d’une donneuse :

  • Un ovule donné par une femme plus jeune augmente les chances de conception à 50% par comparaison avec les 15% à 18% avec vos propres ovules parce que les ovules de la donneuse sont de meilleure qualité et qu’il y en a plus de disponibles pour la fécondation.
  • Comme le don d’ovules offre de meilleures chances de fécondation, vous n’aurez pas à subir autant de cycles de FIV ce qui vous épargnera les angoisses physiques, mentales et financières associées à chaque tentative.
  • Le don d’ovules offre une occasion de concevoir un enfant dont la structure génétique ressemble au moins à un des parents.
  • Vous pouvez faire l’expérience du processus de gestation à partir de l’ovule fécondé placé dans votre utérus, ce qui n’est pas possible avec un enfant adopté.

Don d’ovule : Facteurs de risques

  • Une crainte courante des parents c’est que leur enfant naisse avec une malformation. Or, les donneuses sont généralement examinées en détails pour détecter tout signe d’anomalie physique ou génétique ce qui fait que les risques que votre enfant soit affecté par un problème génétique chez la donneuse sont grandement réduits. Cependant, ils ne peuvent pas être complètement éliminés.
  • Contrairement aux spermatozoïdes d’un donneur, lesquels sont gelés pour une quarantaine d’au moins six mois, les ovules donnés ne sont pas gelés. C’est parce que la technique de cryogénisation des ovules n’est pas encore au point. En fait, cela endommagerait les ovules et les rendrait inutilisables. C’est pourquoi des ovules « frais » doivent être utilisés si vous optez pour le don d’ovules. Certaines infections comme le VIH peuvent ne pas être détectable pendant des mois après la contamination ce qui signifie que malgré les tests sur la donneuse, il reste toujours un risque qu’elle et ses ovules puissent avoir une infection grave.
  • Les autres risques associés à cette procédure sont ceux de la FIV elle-même et aussi le risque de fausse couche si votre corps n’accepte pas l’embryon. En outre, puisque deux ou trois embryons sont transférés, le risque d’une grossesse multiple est accru.

Don d’ovule : Taux de réussite

Les recherches ont montré qu’il y a de 48% à 50% de chances de concevoir en recourant au don d’ovules. Pour les femmes de plus de 40 ans, lesquelles ont généralement des ovules de moindre quantité et qualité, les chances de concevoir sont cinq fois plus grandes qu’avec leurs propres ovules.

(D’après http://www.womens-health.co.uk/donor_eggs.html)


Liens assortis des Femmes Info / Google


Leave a Comment