Pages Navigation Menu

Organes reproducteurs

Les organes reproducteurs (L’appareil génital féminin) consiste en deux groupes, l’un externe, l’autre interne.

Les organes externes sont le mont de Vénus, les grandes lèvres, les petites lèvres, les glandes de Bartholin et le clitoris. Cette zone s’appelle la vulve. A l’entrée du vagin se trouve l’hymen, une membrane muqueuse. Chez les vierges, l’hymen entoure l’ouverture comme un anneau, mais il peut aussi complètement la fermer.

L’hymen protège un peu le conduit génital mais n’est pas nécessaire à la santé. Il peut se déchirer lors du premier rapport sexuel avec pénétration ou bien il peut être si élastique qu’il ne se déchire pas. L’hymen peut aussi être déchiré par suite d’un exercice ou par l’insertion d’un tampon hygiénique ou d’un diaphragme. Cette déchirure entraîne normalement un saignement. Chez les femmes qui ont eu des rapports sexuels, l’hymen peut n’être plus décelable ou peut consister en lambeaux de tissus restant autour de l’entrée du vagin.

  • Les organes génitaux externes ont trois fonctions:
  • Permettre au sperme d’entrer dans le corps
  • Protéger les organes internes des organismes infectieux
  • Procurer un plaisir sexuel

Organes reproducteurs

Les organes internes forment un conduit, le “tractus génital” qui comprend:

  • Le vagin où le sperme est déposé et d’où un bébé peut sortir
  • L’utérus où l’embryon peut se développer en fœtus
  • Les tubes de Fallope (oviductes) où le sperme peut aller fertiliser un ovule
  • Les ovaires qui produisent des hormones et libèrent des ovules

Le sperme est capable de remonter le tractus et les ovules peuvent le descendre.

Le vagin est un organe étroit, musculaire mais élastique d’environ 10 à 12 cm de long chez une femme adulte. Il relie les organes externes à l’utérus. Le vagin est l’organe féminin du rapport sexuel. Il est la voie d’accès du sperme vers l’ovule et de sortie du sang menstruel ou d’un bébé.

Le vagin est recouvert intérieurement d’une membrane muqueuse qui est humidifiée par des fluides qui suintent à partir de cellules de sa paroi ainsi que par des sécrétions de glandes situées dans le col, c’est-à-dire la partie inférieure de l’utérus. Une petite partie de ces fluides peuvent s’écouler vers l’extérieur sous forme de pertes vaginales d’aspect laiteux, ce qui est normal. Pendant les années reproductives de la femme, la paroi du vagin forme des plis et des rides. Avant la puberté et après la ménopause (si la femme ne prend pas d’œstrogènes), cette paroi est lisse.

L’utérus est un organe musculaire en forme de poire et à paroi épaisse situé au milieu du pelvis, derrière la vessie et devant le rectum. Il est maintenu en place grâce à plusieurs ligaments. La principale fonction de l’utérus est de porter le fœtus en développement. L’utérus consiste en un corps principal et un col. La femme peut sentir le col de l’utérus en introduisant un doigt dans son vagin.

Le sperme peut entrer et le flux menstruel peut sortir de l’utérus à travers un canal dans le col. Ce canal est normalement très étroit mais pendant le travail de l’accouchement, il s’élargit pour laisser passer le bébé. Le col constitue d’habitude une barrière contre les bactéries, sauf vers l’époque où un ovule est libéré par les ovaires (ovulation), pendant les règles ou pendant le travail d’accouchement. Les bactéries responsables de maladies sexuellement transmissibles (MST) peuvent pénétrer dans l’utérus lors de rapports sexuels.

La cavité de l’utérus a une paroi très spéciale qui s’appelle l’endomètre. Pendant les règles, la plus grande partie de l’endomètre est rejetée en ne laissant qu’une couche basale résiduelle qui régénèrera l’endomètre à chaque cycle menstruel. L’endomètre à la capacité de permettre au nouvel embryon de s’y implanter et d’y être nourri avant que le placenta (l’arrière-faix) ne se développe.

Les tubes de Fallope, d’environ 10 cm de long, partent de chaque côté de l’utérus vers l’entrée des ovaires. A ces entrées, il y a des franges en forme de bâtonnets appelées fimbriae. La surface interne des tubes comporte une structure en forme de cils appelée cilia qui permet aux ovules libérés par les ovaires de se déplacer le long des tubes vers la cavité de l’utérus.

Organes reproducteurs

Les ovaires libèrent des ovules et des hormones sexuelles féminines. Normalement le bébé femelle naît avec des ovules (oocytes) dans ses ovaires. Pendant les 16ème à 20ème semaines de grossesse de la mère, les ovaires du fœtus contiennent 6 à 7 millions d’oocytes mais la plupart sont éliminés et il n’en reste plus que 1 à 2 millions à la naissance. Plus aucun ne se développe après la naissance. A la puberté, il en reste encore environ 300000. Seule une faible proportion d’oocytes arrivent à maturité et produisent un ovule. Environ 400 ovules sont libérés durant la vie reproductive de la femme, normalement un par cycle menstruel. Seuls des ovules mûrs sont capable de donner lieu à une grossesse. Plusieurs milliers d’oocytes n’arrivent jamais à maturité et dégénèrent. Ce processus de dégénération s’accélère avant la ménopause (dans les 10 à 15 ans précédant la ménopause). A la ménopause, tous les oocytes ont disparu.

Les ovaires produisent principalement des hormones sexuelles femelles : œstrogène et progestérone et une faible proportion d’hormones mâles. Lors de certaines maladies, les ovaires peuvent produire des niveaux élevés d’hormones mâles, notamment en cas de syndrome polykystique ovarien.


Liens assortis des Femmes Info / Google


Leave a Comment