Pages Navigation Menu

Thé à la menthe pour traiter l’hirsutisme

Le thé “contrôle la pilosité féminine”

(BBC NEWS le 20 février 2007)

D’après des chercheurs turcs, le thé à la menthe permet de contrôler la croissance des poils chez les femmes.

Une tasse de ce thé deux fois par jour a réduit les niveaux d’hormones sexuelles mâles lesquelles peuvent causer une pousse excessive de poils “hirsutisme” sur l’estomac, la poitrine et la face.

Le traitement de l’hirsutisme fait appel généralement à des médicaments pour réduire les niveaux d’androgènes (hormones mâles) dans le corps.

Les scientifiques turcs écrivent dans Phytotherapy Research que la menthe pourrait être une bonne alternative naturelle.

L’hirsutisme est rarement causé par une maladie grave mais l’excès de pilosité chez les femmes peut être cause de souffrance ou d’embarras.

Dans certains cas, l’hirsutisme peut être dû à un problème médical sous-jacent tel que le syndrome polycystique ovarien.

Toutes les femmes produisent de petites quantités d’hormones sexuelles mâles (androgènes) y compris la testostérone mais c’est leur surproduction qui conduit à une pilosité excessive.

D’après les chercheurs, on a constaté que des extraits de plante à thé (Mentha spicata Labiatae) ont réduit la libido chez les hommes de la ville d’Isparta dans le sud-ouest de la Turquie probablement du fait d’une diminution des niveaux d’androgènes.

Dans le but d’étudier cet effet chez les femmes, vingt-et-une volontaires atteintes d’hirsutisme dont douze avaient un syndrome polycystique ovarien ont bu une tasse de thé à la menthe deux fois par jour pendant cinq jours au cours de la phase folliculaire de leur cycle menstruel (quand les follicules se développent dans les ovaires).

Thé à la menthe

Le thé avait été confectionné en versant une tasse d’eau bouillante (250 ml) sur un petit tas d’une cuiller à café (5 g) de feuilles de thé séchées et en laissant infuser pendant 10 minutes.

Testostérone

Les chercheurs ont trouvé une diminution significative de la testostérone libre (active) dans le sang et une augmentation de plusieurs hormones féminines y compris l’hormone folliculostimulante.

Cependant, il n’y a pas eu de diminution du niveau global de testostérone ce qui pourrait indiquer qu’un autre partie de ces hormones était liée à des protéines dans le sang et était de ce fait inactive.

La menthe peut influencer le métabolisme des hormones telles que la testostérone ou affecter directement la synthèse des hormones androgènes pensent les chercheurs.

Davantage de travail sera nécessaire pour tester la fiabilité de la menthe pour le traitement de l’hirsutisme avertit le Professeur Mehmet Numan Tamer qui dirige cette recherche.

« Les thérapies actuelles utilisent soit des contraceptifs oraux pour supprimer les androgènes, soit des médicaments comme la spironolactone qui empêche le corps de répondre aux androgènes mais cette étude montre que la menthe pourrait être une bonne alternative naturelle pour les femmes qui n’ont que des symptômes légers d’hirsutisme. Nous devons maintenant faire des études supplémentaires pour tester la validité de cette dé&couverte et pour voir dans quelle mesure la réduction des androgènes aident les femmes atteintes d’hirsutisme léger” dit-elle.

Thé à la menthe

Le Professeur Richard Sharpe, chercheur principal au MRC Human Reproductive Sciences Unit à Edinbourg, dit que cette étude est une indication supplémentaire que des produits naturels extraits de plantes peuvent avoir un effet sur les hormones humaines. Mais il met en garde : les femmes souffrant d’hirsutisme dû au syndrome polycystique ovarien ont besoin d’un traitement médical approprié. Il s’agit dans cette étude d’un changement relativement modeste et il n’est pas démontré qu’il ait eu une conséquence quelconque chez les femmes. Pour beaucoup d’extraits de plantes, il est difficile de conclure à partir d’une constatation aussi générale et de trouver quel est le composé actif. Si vous souffrez du syndrome polycystique ovarien, vous devriez en passer par un traitement classique complet car le traitement dépend de la cause réelle du problème” dit-il.

“Cette étude montre que la menthe pourrait être une bonne alternative naturelle pour les femmes qui n’ont que des symptômes légers”
Professeur Mehmet Numan Tamer, directeur de la recherche


Liens assortis des Femmes Info / Google


Leave a Comment