Pages Navigation Menu

Vitamine D et cancer du sein

Malheureusement, beaucoup de femmes souffrent d’un cancer du sein, qui est une tumeur maligne. Lors d’un cancer du sein, un groupe de cellules cancéreuses se développe dans le sein (habituellement dans un sein) et dans d’autres zones autour des seins. Les scientifiques mentionnent que la fréquence du cancer du sein est en augmentation au XXIème siècle, mais dans le même temps, l’efficacité du traitement est également en croissance.

Aujourd’hui, des millions de femmes ont déjà survécu à un cancer du sein non seulement grâce à un traitement efficace et moderne, mais aussi en raison de l’amélioration du diagnostic précoce ainsi qu’à cause de la sensibilisation à plusieurs facteurs qui préviennent le cancer du sein et aident les femmes à survivre après le traitement.

Il est bien connu que certains facteurs de risque de cancer du sein ne peuvent pas être évités tels que l’âge, le sexe ou avoir une prédisposition génétique ; mais il y a plusieurs facteurs de risque qui pourraient facilement être évités, comme l’excès poids, un mode de vie malsain, l’utilisation de pilules contraceptives, etc.

Vitamine D

Ici, nous aimerions parler de l’importance de la vitamine D dans la prévention du cancer du sein et la survie.
Plusieurs chercheurs ont démontré le lien entre la vitamine D et le cancer du sein. On a constaté que les femmes atteintes d’un cancer du sein ont tendance à avoir de faibles niveaux de vitamine D dans leur organisme et les femmes avec des niveaux plus élevés de vitamine D sont moins susceptibles de développer ce cancer. Il est important de mentionner que les femmes avec des niveaux plus élevés de vitamine D ont plus de chances de survie après un cancer du sein : elles ont généralement des tumeurs plus petites et sont moins susceptibles d’en mourir.

De hauts niveaux de vitamine D peuvent accroître le taux de survie après un cancer du sein.

La science sur la vitamine D et cancer du sein

  • Les femmes atteintes d’un cancer du sein sont plus susceptibles d’avoir de faibles niveaux de vitamine D dans leur organisme ;
  • Les femmes post-ménopausées qui n’ont pas beaucoup de vitamine D peuvent être plus susceptibles de développer un cancer du sein plus tard dans la vie ;
  • Les femmes qui ont un cancer du sein sont plus susceptibles de développer des tumeurs plus grosses et sont plus susceptibles d’avoir un cancer du sein récurrent si elles ont de faibles niveaux de vitamine D ;
  • Chez les femmes atteintes d’un cancer du sein, de faibles niveaux de vitamine D sont liés à de moins bons résultats : grandes tailles de la tumeur, propagation du cancer aux autres parties du corps, doublement du risque de récurrence de leur cancer et un risque presque doublé de décès par rapport aux femmes ayant des niveaux élevés de vitamine D ;
  • Les femmes avec des niveaux plus élevés de vitamine D sont moins susceptibles de développer un cancer du sein et moins susceptibles d’en mourir.

Des niveaux élevés de vitamine D peuvent réduire de moitié la mortalité du cancer du sein. Les métabolites de la vitamine D augmentent la communication entre les cellules en activant une protéine qui stoppe la division cellulaire agressive. Tant que les récepteurs de vitamine D sont présents, la croissance de la tumeur est empêchée de s’étendre et de reprendre son approvisionnement en sang. Les récepteurs de la vitamine D ne sont pas perdus jusqu’à ce qu’une tumeur soit très avancée. C’est la raison pour laquelle la survie est meilleure chez les patientes dont le taux de vitamine D sanguin est élevé.
(Prof. Cedric F. Garland, University of California, San Diego School of Medicine)

Vitamine D et cancer du sein – prévention

Plusieurs études scientifiques ont constaté que les femmes ayant de faibles niveaux de vitamine D sont plus susceptibles de développer un cancer du sein. Il a également été noté que les femmes ménopausées ayant de faibles niveaux de vitamine D ont un risque accru d’avoir un cancer du sein par rapport aux femmes ménopausées ayant des niveaux élevés de vitamine D.

Il y a une quantité croissante de recherches récentes qui montrent un lien entre les niveaux de vitamine D et le risque de développer un cancer du sein, ce qui signifie que la quantité de vitamine D peut avoir un effet protecteur pour aider à prévenir le cancer du sein.

Les chercheurs ont découvert comment la vitamine D peut avoir un rôle dans le cancer du sein. Les récepteurs de la vitamine D se trouvent sur la surface d’une cellule, où ils reçoivent des signaux chimiques. En se fixant sur un récepteur, ces signaux chimiques obligent la cellule à agir d’une certaine manière : se diviser ou mourir.

Il existe des récepteurs de la vitamine D dans les tissus du sein, et la vitamine D peut se lier à ces récepteurs. Cela peut faire que des cellules comme les oncogènes meurent ou cessent de croître, et cela peut empêcher les cellules cancéreuses de se propager à d’autres parties du corps. Par conséquent, on pense que la vitamine D peut être utile dans la protection contre le cancer du sein, en rendant les cellules dans le sein plus « intelligentes ».

En dépit de nombreuses études d’observation post factum, aujourd’hui il n’y a pas suffisamment de preuves que la vitamine D puisse prévenir le cancer du sein dans tous les cas. On ne sait pas si de faibles niveaux de vitamine D causent le cancer du sein ou conduit à de moins bons résultats, et donc on ne sait pas si la vitamine D peut aider à prévenir ou à traiter le cancer du sein.

Mais dans tous les cas, la vitamine D est très utile pour plusieurs problèmes de santé et elle serait recommandé de maintenir au moins des niveaux normaux de vitamine D dans le sang. La vitamine D peut réduire le risque de maladie cardiaque, de fractures osseuses et même de dépression. Les suppléments de vitamine D ne peuvent pas nuire à votre santé : c’est peu susceptible d’aggraver votre cancer du sein ou de vous causer aucun mal, aussi longtemps que vous prenez moins de 10 000 UI par jour.

La plage normale de vitamine D est de 30-80 ng / ml.

Les National Institutes of Health(USA) recommandent que les adultes jusqu’à l’âge de 70 ans aient un apport de vitamine D de 600 UI par jour, tandis que ceux de plus de 70 ans devraient prendre 800 UI chaque jour.

Il est important de souligner que si vous avez déjà le cancer du sein, vous NE DEVRIEZ PAS prendre de la vitamine D à la place de votre traitement. Mais vous pouvez discuter avec votre médecin de l’utilité de prendre ou non des suppléments de vitamine D pendant ou après le traitement : elle peut augmenter vos chances de survie.

Les patientes atteintes d’un cancer du sein ayant des niveaux élevés de vitamine D dans leur sang sont plus susceptibles de survivre à la maladie que les patientes avec des niveaux faibles.


Liens assortis des Femmes Info / Google


Leave a Comment