Pages Navigation Menu

Chlamydia

La chlamydia est une maladie sexuellement transmissible (MST) commune provoquée par une bactérie, chlamydia trichomatis, qui peut endommager les organes reproducteurs de la femme. Même si les symptômes de la chlamydia sont absents ou très légers, des complications sérieuses peuvent provoquer des dégâts irréversibles y compris l’infertilité de façon « silencieuse » avant que la femme se rende compte d’un problème.

La chlamydia est une des maladies sexuellement transmissibles la plus courante. Les Centres de Contrôle et de Prévention des Maladies (USA) estiment que plus de 3 millions de cas de chlamydia surviennent chaque année. Vu que l’infection ne cause souvent aucun symptôme, on estime que le nombre de personnes infectées pourrait être 4 fois plus élevé.

La fréquence la plus élevée de l’infection par la chlamydia s’observe parmi les jeunes de 15 à 19 ans.

Transmission de la Chlamydia

La chlamydia peut se transmettre pendant un rapport sexuel vaginal, anal ou oral. Elle peut aussi passer d’une mère infectée à son bébé pendant une naissance vaginale (avec infection oculaire ou pneumonie néonatales subséquentes). La chlamydia peut aussi causer une naissance prématurée ou un faible poids de l’enfant à la naissance.

Toute personne sexuellement active peut être infectée par la Chlamydia. Des partenaires sexuels multiples augmentent les risques d’infection par la chlamydia. Au plus il y a de partenaires, plus grand est le risque d’infection. Le risque est aussi plus important chez les jeunes parce que le col de l’utérus adolescentes et jeunes femmes n’est pas tout-à-fait mature et est probablement plus susceptible d’être infecté ce qui les expose particulièrement si elles sont sexuellement actives.

La bactérie peut infecter la gorge en cas de contact oral avec un partenaire infecté. Elle peut aussi provoquer une inflammation du rectum et des yeux.

Symptômes de la Chlamydia

Environ 75% des femmes infectées par la chlamydia n’ont aucun symptôme. A peu près 25% des femmes infectées sont susceptibles d’éprouver les symptômes typiques. Si les symptômes de la chlamydia se déclarent, c’est normalement dans les 1 à 3 semaines après l’exposition à l’infection et/ou après la transmission. On parle souvent de la chlamydia comme d’une maladie « silencieuse » parce que la majorité des personnes infectées n’ont pas de symptômes. Chez les femmes, la bactérie infecte d’abord le col de l’utérus et l’urètre (canal urinaire). L’infection du col de l’utérus peut se propager jusqu’au rectum.

Chlamydia

Les symptômes de la chlamydia sont notamment :

  • pertes vaginales anomales (mucus ou pus),
  • pertes jaunâtres et malodorantes venant du col de l’utérus,
  • fréquents besoins d’uriner (beaucoup plus souvent que d’ordinaire),
  • sensation de brûlure ou douleur pendant la miction,
  • douleur abdominale et/ou mal dans le bas du dos,
  • nausées,
  • fièvre (souvent légère),
  • douleur pendant les rapports sexuels,
  • saignement vaginal en dehors des périodes de règles,
  • saignement vaginal après rapport sexuel,
  • infection des yeux (conjonctivite).

Les femmes qui ont des rapports sexuels avec pénétration dans leur rectum peuvent attraper la chlamydia et cela peut causer une douleur rectale, des pertes rectales ou des saignements. Si l’anus est infecté, il peut y avoir une sensibilité ou une douleur rectale et des pertes rectales jaunâtres de pus ou de mucus.

Les infections génitales par la chlamydia peuvent occasionnellement causer des inflammations articulaires appelées arthrite réactive. Le plus souvent ce sont les membres inférieurs qui sont affectés. L’inflammation semble être une réaction immunitaire plutôt qu’une propagation de l’infection vers les articulations.

La chlamydia peut aussi se retrouver dans la gorge de femmes après avoir eu des rapports oraux avec un partenaire infecté.

Complications de la Chlamydia

  • La chlamydia peut facilement être traitée et être guérie mais sans traitement, l’infection peut entraîner des problèmes de santé au plan reproducteur ou autre avec à la fois des conséquences à court-terme et à long-terme. Comme la maladie elle-même, les dégâts occasionnés par la chlamydia sont souvent « silencieux ».
  • Chez les femmes, une chlamydia non traitée peut se propager dans l’utérus et les tubes de Fallope et provoquer la maladie inflammatoire pelvienne. Cela se produit dans 10% à 15% des cas de chlamydia non traitée. Chaque année, environ 500000 femmes développent une maladie inflammatoire pelvienne due à la chlamydia aux USA.
  • La chlamydia peut aussi infecter les tubes de Fallope sans provoquer de symptômes. La maladie inflammatoire pelvienne et l’infection silencieuse du tractus génital supérieur peut causer un dommage permanent aux tubes de Fallope, à l’utérus et aux tissus avoisinants ce qui peut entraîner douleurs pelviennes chroniques, infertilité, fausses couches et risque accru de grossesse extra-utérine potentiellement mortelle. Il est important de signaler que la chlamydia peut aussi augmenter la probabilité d’être infectée par le VIH en cas d’exposition.
  • Pour éviter les conséquences graves de l’infection sexuellement transmissible de la chlamydia, on recommande à toutes les jeunes femmes de 15 à 25 ans sexuellement actives de se faire dépister au moins une fois par an. Ce dépistage annuel est aussi recommandé aux femmes plus âgées qui auraient des facteurs de risques vis-à-vis de la chlamydia, notamment en cas de partenaires multiples ou de nouveau partenaire. Le dépistage de la chlamydia est particulièrement important chez la femme enceinte vu le risque de naissance prématurée et de faible poids du bébé à la naissance. La chlamydia peut aussi se transmettre d’une mère infectée à son bébé lors d’un accouchement vaginal (avec infection des yeux ou pneumonie néonatale subséquente).
  • Quoique rarement, la chlamydia peut causer une arthrite qui peut s’accompagner de lésions cutanées et d’inflammation des yeux et de l’urètre (Syndrome de Reiter).

La Chlamydia et la grossesse

Chez les femmes enceintes, il y a des risques que la chlamydia provoque une naissance prématurée et/ou un faible poids du bébé à la naissance. Les bébés nés d’une mère infectée peuvent attraper une infection de leurs yeux et de leurs voies respiratoires. La chlamydia est une des premières causes de pneumonie et de conjonctivite chez les nouveau-nés.

Comment détecter la Chlamydia

Chlamydia

Un test en laboratoire peut aisément diagnostiquer une infection par la chlamydia. Ce test peut se faire sur l’urine ou sur des échantillons prélevés dans le vagin et/ou le col de l’utérus.

Il est conseillé de combiner au même moment le dépistage de la chlamydia avec celui de la gonorrhée car souvent les deux sexes ont la chlamydia et la gonorrhée en même temps.

La gonorrhée, souvent présente, peut être diagnostiquée à partir du même échantillon. Les tests spécifiques aux infections génitales par ureaplasma et mycoplasma ne sont généralement pas effectués. Ces infections sont parfois diagnostiquées après avoir écarté la possibilité d’une infection par la gonorrhée ou la chlamydia chez des personnes qui en présentaient les symptômes caractéristiques.

Vu que l’infection par la chlamydia est si répandue que beaucoup de femmes infectées n’ont pas de symptômes, on recommande un dépistage annuel de la chlamydia chez les jeunes femmes (15-25 ans) sexuellement actives en même temps que le dépistage du VIH.

Traitement de la Chlamydia

La chlamydia peut être facilement traitée et guérie à l’aide d’antibiotiques. Le traitement peut consister en une prise unique d’antibiotique ou bien en deux prises quotidiennes pendant une semaine. Une dose unique d’azithromycine ou une semaine de doxycycline deux fois par jour sont les traitements les plus usuels. Pendant le traitement, il ne doit pas y avoir de rapports sexuels.
Tous les partenaires sexuels doivent être examinés, testés et traités. La personne infectée par la chlamydia doit s’abstenir de rapports sexuels jusqu’à ce qu’elle-même et son, sa ou ses partenaire(s) ai(en)t achevé son ou leur traitement sinon une réinfection reste possible.

Les femmes dont les partenaires n’ont pas été traités de façon appropriée courent un fort risque d’être réinfectées. Des infections répétées augmentent le risque de complications au niveau de l’appareil reproducteur y compris l’infertilité. Un second dépistage devrait être conseillé trois mois après le traitement d’une première infection. C’est particulièrement indiqué si la femme ne sait pas si son partenaire a reçu le traitement.

SOYEZ PRUDENTE :

Laissée sans traitement, la chlamydia peut provoquer des dommages permanents au système de reproduction et entraîner une infertilité. Rappelez-vous que les dégâts causés par la chlamydia peuvent ne pas être remarqués car il n’y a souvent pas de symptôme. La chlamydia est connue comme étant une MST « silencieuse ». La chlamydia doit être correctement traitée même s’il n’y a pas de symptômes.

Il importe de savoir que les deux partenaires infectés doivent être traités au même moment pour éviter la réinfection. Des antibiotiques tels que doxycycline, tétracycline et zithromax sont efficaces contre la chlamydia. L’érythromycine est souvent prescrite aux femmes enceintes et autres qui ne peuvent pas prendre de tétracycline.
Si l’urétrite due à la chlamydia n’est pas traitée, les symptômes disparaissent généralement après 4 à 6 semaines mais alors, sans traitement, la chlamydia peut entraîner plusieurs complications graves, particulièrement chez les femmes infectées depuis longtemps.

Le risque d’une nouvelle infection par la chlamydia ou autre MST endéans les 3 à 4 mois est si élevé que les personnes dans ce cas devraient se faire dépister de nouveau après ce laps de temps.

Prévention de la Chlamydia

La façon la plus sure d’éviter la transmission des MST est de s’abstenir de contacts sexuels ou d’être en relation monogame mutuelle depuis assez longtemps avec un(e) partenaire qui a été testé(e) et s’est avéré(e) non infecté(e).

Les préservatifs masculins en latex, pourvu qu’ils soient utilisés correctement et de façon constante, permettent de réduire le risque de transmission de la chlamydia.

On recommande un dépistage annuel de la chlamydia pour toutes les jeunes femmes (15-25 ans) sexuellement actives. Un dépistage régulier de la chlamydia est aussi conseillé aux femmes plus âgées avec facteur de risque (en cas de nouveau partenaire sexuel ou de partenaires multiples) et aussi à toutes les femmes enceintes. Une évaluation du risque devrait aussi être effectuée par le personnel de santé de façon à pouvoir éventuellement recommander un dépistage plus fréquent pour certaines femmes.

Tout symptôme génital tel que douleur inhabituelle, pertes malodorantes, sensation de brûlure en urinant ou saignement en dehors des règles pourrait signifier une infection sexuellement transmissible. Une femme présentant l’un de ces symptômes devrait s’abstenir de rapports sexuels et consulter un médecin immédiatement. Le traitement précoce d’une MST peut prévenir la maladie inflammatoire pelvienne. Une femme diagnostiquée avec une MST même si elle est traitée médicalement doit prévenir tous ses partenaires sexuels récents (avec rapports dans les 60 jours qui précèdent le diagnostic). L’activité sexuelle ne peut reprendre que lorsque tous les partenaires ont été dépistés et soignés si nécessaire.

Ce qu’il importe de savoir :

Les femmes et adolescentes doivent être testée à nouveau quelques mois après le traitement à cause du risque de réinfection par un partenaire non soigné. La chlamydia peut causer des dégâts sévères et irréversibles au système reproducteur. Il est important que la chlamydia soit traitée à fond et qu’une réinfection ne se produise pas.


Liens assortis des Femmes Info / Google


Leave a Comment