Pages Navigation Menu

Maladies des seins

La plupart des femmes connaissent des modifications de leurs seins à un certain moment. Votre âge, vos niveaux d’hormones et les médicaments que vous prenez peuvent causer des grosseurs, des bosses et des suintements.

Si vous avez une grosseur dans un sein, une douleur, un suintement ou une irritation de sa peau, cela veut dire que quelque chose ne va pas et vous devez consulter un médecin dès que possible.

Les SEINS sont très sensibles aux hormones, aux médicaments, au stress, au café et à beaucoup d’autres facteurs. Il est essentiel de prendre soin de vos seins régulièrement. Chez les seins, les problèmes bénins et les problèmes graves ont des symptômes semblables. Beaucoup de femmes redoutent le cancer mais la plupart des problèmes avec les seins ne sont pas dus au cancer.

Maladies des seins

La plupart des altérations des seins sont de nature bénigne et ne sont pas considérés comme des maladies. Ils sont souvent détectés par un auto-examen des seins ou par une mammographie et ne doivent pas être traités en l’absence de symptômes.

Mais on constate que les femmes atteintes de certaines formes particulières de maladies bénignes des seins constituent un groupe à risque vis-à-vis du cancer du sein.

La médecine moderne est capable de diagnostiquer et de guérir la plupart des maladies des seins ET un diagnostic précoce peut être une garantie de succès du traitement. Soyez donc attentive et essayer de détecter tout symptôme et toute modification chez vos seins.

Seins gonflés et douloureux : “Mastodynie” ou “Mastalgie”

Mastalgie est le terme médical pour désigner une douleur ou une sensibilité dans les seins. La plupart du temps la mastalgie est cyclique, survenant juste avant ou pendant les règles. Cependant, la mastalgie peut aussi survenir n’importe quand sans relation avec les règles.

Ce sont les fluctuations hormonales qui causent la plupart des cas de mastalgie pendant la puberté, pendant ou avant les règles, pendant les trois premiers mois de la grossesse, pendant l’allaitement, après l’accouchement alors que les seins souvent gonflent sous l’effet de la montée du lait même si la mère n’allaite pas, et enfin, pendant la ménopause. Une mastalgie dans ces circonstances est normale et ne signifie rien de grave.

Le terme mastodynie signifie une sensibilité douloureuse et un gonflement qui survient dans les deux seins. Les symptômes apparaissent généralement dans les jours qui précèdent les règles et peuvent être extrèmement désagréables pour certaines femmes. Bien que la cause exacte de la mastodynie ne soit toujours pas claire, on sait que les hormones sexuelles féminines sont impliquées dans son apparition. La mastodynie peut être fonctionnelle, c’est-à-dire douloureuse mais sans danger, mais elle peut aussi être un symptôme d’une altération des seins appelée “mastopathie fibrokystique”. Une autre cause courante de mastodynie est un déficit temporel de l’hormone lutéinisante : la progestérone. Evidemment, un gonflement des deux seins peut toujours être un signe de début de grossesse.

Maladies des seins : “Mastite”

Une inflammation du sein peut survenir pendant la période d’allaitement (“Mastitis puerperalis”) mais aussi à d’autres moments tout au long de la vie d’une femme (“Mastitis non-puerperalis”). Cette dernière mastite est considérablement moins courante et les causes sous-jacentes ne sont généralement pas connues. Cependant, les femmes qui fument et celles qui souffrent de diabète sont particulièrement enclines à faire des infections des seins de façon récurrente. Certaines maladies bénignes des seins ont été associées à la mastite et les tumeurs malignes peuvent provoquer des infections mammaires prolongées. C’est pourquoi il est toujours essentiel de vérifier s’il n’y a pas de tumeur.

Production de lait alors que la femme n’allaite pas

L’hyperprolactinémie (on dit aussi galactorrhée) consiste en une sécrétion de lait intempestive. Elle se produit généralement 3 à 6 mois après l’interruption de l’allaitement, généralement après une première naissance. Elle peut aussi être consécutive à un avortement ou même survenir chez une femme qui n’était pas enceinte. L’ovulation normale est un processus complexe qui exige que beaucoup de choses se passent correctement et au bon moment avec les niveaux d’hormones adéquats. Souvent, de subtils déséquilibres hormonaux ou des anomalies de l’ovulation entraînent une réduction de la fertilité. Un déséquilibre hormonal qui affecte la fertilité concerne la prolactine. Un excès de prolactine chez une femme qui n’est pas enceinte s’appelle hyperprolactinémie.

L’hyperprolactinémie peut provoquer plusieurs problèmes, notamment :

  • Une production inadéquate de progestérone pendant la phase lutéale qui suit l’ovulation
  • Ovulation et menstruation irrégulières
  • Absence de règles

Galactorrhée (production de lait chez une femme qui n’allaite pas)

Maladies des seins : Mastopathie (Sein fibrocystique)

La mastopathie (état du sein fibrocystique) présente des grosseurs, un épaississement et un gonflement souvent associés aux règles de la femme. La mastopathie est une maladie des seins très courante. On estime qu’une femme sur cinq a déjà consulté son médecin pour mastopathie. On considère que la cause des altérations fibrocystiques du tissu mammaire qui caractérise cet état est un manque relatif de progestines. Le déficit hormonal local entraîne une production accrue de tissus et de structures glandulaires ce qui conduit à une expansion de canaux et cavités contenant du liquide (petits kystes). Beaucoup de ces femmes affectées se plaignent de sensibilité de leurs seins, de douleurs et d’une structure granuleuse de leur tissu mammaire. Ceci conduit également à la maladie fibrocystique des seins. Si de telles altérations des seins sont détectées pendant un examen de routine, elles ne doivent pas faire, en général, l’objet examens complémentaires parce qu’elles sont, en principe, bénignes. Certaines formes de mastopathie ont cependant été associées à un risque accru de maladie maligne et doivent donc être réévaluées régulièrement par mammographie et échographie des seins. En cas de résultat ambigu de la mammographie, une biopsie des tissus devrait être effectuée.

Maladies des seins : kystes mammaires

Les kystes mammaires sont des sacs de liquide qui croissent à l’intérieur des seins. Ces sacs se forment quand des glandes lactiques normales grossissent. Une femme peut n’avoir qu’un seul kyste ou bien plusieurs kystes en même temps. La grosseur des kystes mammaires va de la taille d’un petit pois ou encore moins à celle balle de ping-pong ou même plus encore. Les kystes mammaires sont courants particulièrement chez les femmes de 40 à 60 ans. Bien que les gros kystes soient sentis comme des grosseurs, beaucoup de kystes ne sont pas palpables. Ceux qui ne sont pas détectables par palpation le seront par mammographie ou échographie. Quand un mammogramme révèle un kyste possible, on fait généralement une échographie. L’échographie indiquera si le kyste est solide ou s’il est rempli de liquide. L’échographie montrera aussi si le kyste est “simple” ou “complexe”. L’échographie des seins est la meilleure façon d’identifier et de diagnostiquer les kystes mammaires car elle est exacte 95 à 100 fois sur 100.

Maladies des seins : fibroadénome mammaire

Les fibro-adénomes mammaires sont des grosseurs solides, rondes, caoutchouteuses qui bougent facilement quand on les pousse. Elles se produisent surtout chez les femmes jeunes. Les fibro-adénomes mammaires sont des tumeurs bénignes. Elles sont assez courantes. Près d’une femme sur trois est affectée pendant sa vie reproductive par un ou plusieurs fibro-adénomes. Les fibro-adénomes mammaires consistent en une prolifération du tissu conjonctif qui s’insinue entre les glandes voisines et peut grossir jusqu’à une taille de plusieurs centimètres. Les fibro-adénomes les plus petits ne provoquent pas de symptômes et sont généralement détectés au cours d’une échographie de routine. Les tumeurs plus grandes sont aisément palpables et sont bien circonscrites et repérables. Si leurs forme et texture sont clairement bénignes, elles peuvent être suivies par des échographies régulières. Si la nature des fibro-adénomes mammaires est douteuse, un diagnostic histologique par biopsie est requis. Les fibro-adénomes les plus gros et ceux qui croissent rapidement doivent être enlevés.

Maladies des seins : lipome mammaire

Le lipome mammaire est une tumeur bénigne qui se développe à partir du tissu adipeux. Les lipomes sont des tumeurs bénignes courantes qui peuvent apparaître dans les bras, les jambes et aussi les seins. Elles sont généralement visibles directement sous la peau et peuvent être facilement disloquées par simple pression des doigts. Elles paraissent molles ou dodues. Elles ne provoquent d’habitude aucun symptôme mais peuvent être douloureuses si elles se déplacent et irritent les nerfs voisins. Puisque les lipomes sont des tumeurs bénignes, ils ne doivent pas être enlevés sauf s’ils sont gênants ou si leur nature n’est pas claire.

Maladies des seins : papillome mammaire intracanalaire ou intraductal

Les papillomes mammaires intraducanalaires sont des grosseurs semblables à des verrues près des tétons. Le papillome mammaire est une prolifération en forme de chou-fleur qui s’installe généralement dans les glandes canalaires. Elles sont la cause principale de sécrétions par les tétons par un sein qui n’allaite pas. Selon sa composition, le liquide peut être blanchâtre, brunâtre ou sanguinolent. Malheureusement les papillomes peuvent parfois se transformer en tissus malins et il est courant que l’on examine les sécrétions des tétons pour détecter des cellules malignes. Une autre possibilité de découvrir et de localiser les papillomes, c’est la galactographie, une technique qui permet de tracer l’ensemble des canaux du sein par radio-imagerie de contraste. Cette méthode permet au chirurgien d’enlever les tissus suspects avec précision. Il faut noter que toutes les sécrétions par les tétons ne sont pas causées par des papillomes. Spécialement, quand les deux tétons suintent, la cause sous-jacente est souvent un déséquilibre hormonal. Un test sanguin simple permet de distinguer les deux types de problèmes.

Canaux galactophores bouchés

Les canaux galactophores peuvent être bouchés, avec inflammation et douleur. L e premier signe peut être une petite grosseur dure et douloureuse au toucher ou un petit point très sensible dans votre seins. Certaines femmes notent aussi une rougeur sur leur sein. Vous pouvez aussi vous sentir mal, fatiguée et fiévreuse ce qui indiquerait que votre canal bouché s’est infecté.
Les canaux se bouchent quand le lait n’en ressort pas complètement. Ceci peut se produire à cause d’un soutien-gorge mal ajusté, des allaitements incomplets ou sautés, un tire-lait inadéquat, un rhume, une maladie, un rhume, un stress au travail ou une dépression. Non traité, un canal bouché peut évoluer en une infection généralisée du sein que l’on appelle mastite. Donc, les symptômes ne doivent pas être ignorés.

Maladies des seins : blessure mammaire

Il s’agit d’un coup porté au sein généralement avec un objet contondant, avec hématome de la peau ou du tissu sous-jacent ou du téton. Les contusions provoquent un saignement dû à une rupture des vaisseaux capillaires qui permettent au sang d’irriguer les tissus adipeux, les muscles, les tendons, les nerfs et autres tissus mous. Les signes les plus courant d’une blessure mammaire sont notamment :

  • Un gonflement local du sein, soit superficiel, soit profond ;
  • Douleur dans le sein ou le téton ;
  • Sensation de fermeté sous une pression exercée sur la partie atteinte ;
  • Tension ;
  • Décoloration sous la peau, commençant par de la rougeur puis progressant vers le « bleu » caractéristique ;
  • Un anneau dur autour du téton.

En cas de blessure du sein, on recommande :

  • Massage glacé. Masser vigoureusement la partie atteinte en cercles de 25 cm de diamètre pendant 15 minutes, 3 à 4 fois par jour et avant chaque entraînement ou compétition.
  • Après 48 h, appliquer quelque chose de chaud plutôt que glacé, si ça fait du bien. Utilisez lampes chauffantes, bains chauds, douches chaudes, coussins chauffants, onguents chauffants, etc.
  • Prenez des bains à bulles, si c’est possible.
  • Entre les traitements, protégez la région touchée à l’aide de bandages.

Cancer du sein : voir page suivante


Liens assortis des Femmes Info / Google


Leave a Comment