Pages Navigation Menu

Thé vert anticancéreux

Le thé vert est une des boissons les plus anciennes et les plus populaires consommées par les gens dans de nombreux pays du monde au cours des siècles. Le thé vert est originaire de Chine et est devenu la boisson traditionnelle, non seulement en Chine mais aussi dans les pays asiatiques. Au cours de la dernière décennie, le thé vert est devenu également populaire dans les pays occidentaux : beaucoup de gens passent au thé vert en raison de ses propriétés saines et bénéfiques pour la santé.

La médecine ancienne recommande le thé vert pour plusieurs maladies. De nombreuses études ont déjà suggéré que le thé vert et ses extraits peuvent fournir des traitements appropriés pour le cancer, ainsi que d’autres maladies. Il n’y a aucune preuve scientifique concluante que le thé vert aide à prévenir ou traiter le cancer chez les gens, mais il y a plusieurs études d’observation qui démontrent les avantages pour la santé du thé vert.

La médecine moderne essaye de comprendre la percée impliquée par l’identification du processus par lequel la substance du thé vert attaque les cellules cancéreuses.

Thé vert anticancéreux

Le thé vert contient différents enzymes, acides aminés, hydrates de carbone, lipides, stérols, minéraux et composés phytochimiques alimentaires (polyphénols, flavonols, caféine) : tous ont plusieurs influences positives sur corps humain. Les recherches révèlent le composant actif du thé vert qui perturbe le métabolisme des cellules du cancer du pancréas (sans interférer avec les cellules saines). L’agent biologique actif du thé vert appelé gallate d’épigallocatéchine (EGCG) modifie le métabolisme des cellules du cancer du pancréas en supprimant l’expression du lactate-déshydrogénase, une enzyme essentielle dans le métabolisme du cancer. Cela signifie que le thé vert peut être recommandé pour la prévention et peut-être même pour ralentir l’évolution du cancer du pancréas.

Certains experts suggèrent que boire du thé vert peut réduire le risque de cancers du système digestif chez les femmes, tandis qu’un autre a trouvé que l’EGCG administrée par voie intraveineuse directement contre les tumeurs fait que deux-tiers d’entre elles rétrécissent ou disparaissent dans le mois.

Plusieurs études scientifiques offrent une explication de l’effet du thé vert sur la réduction du risque de cancer et le ralentissement de sa progression.

Le thé vert a fait l’objet de plusieurs études au Japon car le Japon est le pays où l’étude de la consommation de thé vert est la plus facile (la majeure partie de la population consomme du thé vert plusieurs fois par jour).

« Les femmes japonaises déjà diagnostiquées avec le cancer du sein, dont la maladie était encore à un stade précoce (non métastasé) et ayant consommé au moins trois tasses de thé vert par jour, avaient 57% moins de rechutes que les femmes qui buvaient une tasse ou moins par jour ». (Inoue et al., 2001).

Les scientifiques ont noté que le thé vert change le métabolisme des œstrogènes et les risques de cancer du sein. Les National Institutes of Health montrent que les réactions biochimiques dans le thé vert modifient le métabolisme des œstrogènes des femmes, révélant au moins un de ses mécanismes de réduction du risque de cancer du sein.

Le thé vert peut interférer avec certains médicaments de chimiothérapie : c’est la raison pour laquelle vous devriez éviter le thé vert au cours d’un traitement de chimiothérapie.

« Comme riche source de composés phytochimiques qui peuvent interagir avec et réguler les enzymes métabolisant les xénobiotiques, le thé vert peut modifier le métabolisme ou la conjugaison des œstrogènes et peut avoir un impact ainsi sur le risque de cancer du sein. »

Avantages de thé vert

La consommation de thé vert devient importante pendant la périménopause et la ménopause. Des études scientifiques ont découvert que les femmes ménopausées qui consomment du thé vert chaque jour avaient 20% en moins de taux d’œstradiol et 40% de moins d’estrone urinaire (contre les femmes du même âge qui consomment du thé vert moins d’une fois par semaine). Or, il est bien connu que des niveaux élevés d’œstrogènes (œstradiol, estrone) sont en corrélation avec des risques accrus de cancer du sein.

« Les hommes atteints de cancer de la prostate ont notablement bénéficié de la consommation de cinq tasses ou plus de thé par jour. Cela a réduit de 50% le risque que leur cancer de la prostate évolue vers un stade avancé » (Kurahashi et al., 2007).

On a trouvé qu’une composante du thé vert tue les cellules d’un cancer de la bouche tout en laissant les cellules saines intactes.

Des études épidémiologiques ont trouvé peu de preuves que la consommation de thé vert peut être associée à un risque modérément réduit de cancer du foie chez les peuples chinois et japonais (Fon Sing M, WS Yang, Gao S, Gao J, Xiang YB 2011).

En 2014, des scientifiques ont découvert la preuve que la consommation de thé vert peut être associée à un risque réduit de cancer de l’œsophage dans la population chinoise, une diminution du risque de cancer du poumon chez les femmes et une diminution du risque de cancer de la bouche chez les asiatiques.

Plusieurs études épidémiologiques sur l’association entre la consommation de thé vert et le risque de cancer ont été publiées au cours des dernières décennies. Les résultats sont différents : certains sont contradictoires et ont montré un certain lien entre la consommation de thé vert et une réduction des risques de cancers du côlon, du sein, de l’ovaire, de la prostate et du poumon. Les résultats contradictoires pourraient être expliqués par des différences dans la préparation et la consommation du thé, par différentes méthodes de production de thé, par la variation génétique différente dans la façon dont les gens réagissent à la consommation de thé et par différents facteurs de style de vie (activité physique, poids, habitudes alimentaires) qui peuvent influencer les risques des femmes de développer différents types de cancer.


Liens assortis des Femmes Info / Google


Leave a Comment