Pages Navigation Menu

Cancer du sein et style de vie

Plusieurs études ont été consacrées aux facteurs de risque du cancer du sein, aux premiers signes du cancer du sein, aux types de cancer du sein et aux traitements, mais il y a peu d’informations concernant les liens entre le mode de vie des femmes et les risques de cancer du sein – cancer du sein et style de vie. Il est bien connu que certains facteurs de risque de cancer du sein, tels que des facteurs génétiques ou des antécédents familiaux ne peuvent être modifiés. Mais il a été noté que certaines femmes présentant des facteurs de risque similaires attrapent le cancer du sein et d’autres non. Pourquoi ? Les experts médicaux suggèrent que les facteurs de risque peuvent être déclenchés ou limités par quelques changements de style de vie. Un mode de vie sain réduit toujours les risques de développement du cancer. Selon des études récentes, les changements de style de vie peuvent diminuer le risque de cancer du sein, même chez les femmes à haut risque.

Plusieurs études épidémiologiques ont noté que la prévention du cancer du sein commence par des habitudes saines qui incluent le régime alimentaire anti-cancer, l’activité physique, le contrôle du poids corporel et les hormones en évitant l’alcool et le tabagisme.

Cancer du sein et style de vie – Alcool

L’alcool lui-même est clairement lié à l’augmentation du risque de cancer du sein, mais certains experts suggèrent le vin rouge comme étant une exception. Certains nutritionnistes recommandent une consommation modérée régulière de vin rouge pour la prévention du cancer du sein, ce qui suggère que le resvératrol (antioxydant se trouvant dans les raisins rouges ou noirs) a des propriétés anticancéreuses importantes.

En général, la quantité d’alcool consommée est corrélée avec le niveau de risque de développement du cancer. Plus vous buvez plus grands sont vos risques pour le développement du cancer du sein. Les chercheurs recommandent de limiter la consommation d’alcool à moins de 1 verre par jour.

Cancer du sein et style de vie – Poids corporel

Un surplus de poids (surpoids ou obésité) particulièrement après la ménopause augmente les risques de cancer du sein. Pourquoi ? Il est bien connu que chez les jeunes femmes les ovaires produisent la plupart des hormones œstrogènes et le tissu adipeux une très petite quantité d’œstrogènes. Après 50-55 ans (période de la ménopause) les ovaires cessent de produire des œstrogènes et la majeure partie des œstrogènes provient des tissus adipeux. Cela signifie que plus de graisse, plus d’hormones féminines et risques plus élevés de développement du cancer du sein (particulièrement les tumeurs sensibles aux hormones).

L’augmentation du volume du tissu adipeux après la ménopause peut augmenter les risques d’avoir un cancer du sein en raison de l’augmentation des niveaux d’œstrogènes. Il a également été noté que les femmes en surpoids ont tendance à avoir des niveaux plus élevés d’insuline dans le sang ce qui a été lié non seulement à des risques de cancer du sein, mais aussi à des risques d’autres types de cancer.

Cancer du sein et style de vie – Activités physiques

Cancer du sein et changement de style de vie

Selon des études scientifiques, des activités physiques (sport, mode de vie actif) non seulement réduisent les risques de cancer du sein, mais peuvent également augmenter le taux de survie du cancer du sein de 50%. En outre, les activités physiques maintiennent un poids sain ce qui réduit également les risques de cancer du sein.

Différents experts recommandent différents types d’activités physiques pour réduire les risques de cancer du sein. Certains recommandent la marche rapide pendant 1,5-2,5 heure chaque semaine pour réduire les risques de cancer du sein de 18-20%. Marcher environ 8-10 heures par semaine peut réduire les risques de cancer du sein de 20-21%. La plupart des experts recommandent un minimum de 30 minutes d’activités physiques tous les jours.

Cancer du sein et style de vie – Tabagisme

Il est bien connu que le tabac (nicotine) est lié au développement des cellules cancéreuses (principalement dans les poumons). Mais qu’en est-il du cancer du sein ? Des études scientifiques récentes notent une forte corrélation entre le tabagisme et le cancer du sein chez les femmes préménopausées.

Cancer du sein et style de vie – Histoire reproductrice

Les chercheurs ont noté des liens entre le nombre de cycles menstruels et les risques de cancer du sein. Plus de cycles menstruels signifie des risques accrus de cancer du sein. Voilà pourquoi la ménarche précoce et une ménopause tardive sont considérées comme des facteurs de risque de développement du cancer du sein.

Les femmes qui n’ont pas eu d’enfants ou qui ont eu leur premier enfant après 30-35 ans ont des risques accrus de développement du cancer du sein. Il est important de mentionner que de nombreuses grossesses peuvent réduire les risques de cancer du sein, surtout si la femme allaite ses enfants. Des études récentes montrent que plus vous allaitez votre bébé, plus grand est l’effet protecteur contre le cancer du sein. Il a également été noté que les femmes, qui sont tombées enceintes à un jeune âge et ont eu un accouchement réussi avec enfant en bonne santé ont également des risques réduits de cancer du sein.

Quelle en est la raison ? Certains experts expliquent les phénomènes mentionnés ci-dessus par le nombre total de cycles menstruels au cours de la vie. En fait, les grossesses et l’allaitement réduisent le nombre total de cycles menstruels des femmes au cours de leur période de reproduction.

Cancer du sein et style de vie – Contraception hormonale

Il a été noté que les femmes qui ont utilisé des pilules contraceptives ont légèrement plus de risque de cancer du sein que les femmes qui ne les ont jamais utilisées. Dans le même temps, les femmes qui ont cessé d’utiliser les pilules contraceptives depuis plus de 10 ans n’ont plus d’augmentation des risques de cancer du sein. Certains chercheurs mentionnent que les risques étaient plus grands avec les anciennes pilules contraceptives contenant des doses d’œstrogène plus importantes (utilisées avant 1985).

Une autre contraception «à risque» c’est le Depo Provera (acétate de médroxyprogestérone-dépôt, DMPA). C’est une contraception hormonale injectable à long terme qui est administrée une fois tous les 3 mois. Il a été noté que les utilisateurs de DMPA ont accru leurs risques de cancer du sein au cours des 5 premières années mais après 5 ans, le risque disparaît. De futures études sont nécessaires pour comprendre.

Cancer du sein et style de vie – Thérapie de remplacement hormonal (TRH)

La thérapie de remplacement hormonal est une méthode bien connue de thérapie pendant la ménopause. Elle présente plusieurs avantages, mais elle est également reconnue comme un facteur de risque de développement du cancer du sein chez les femmes ménopausées. Il existe différents types de TRH en fonction des hormones utilisées, des doses et des durées. Il a été noté que la thérapie combinée de substitution hormonale pendant 3-5 ans non seulement augmente le risque de contracter le cancer du sein, mais aussi peut réduire le taux de survie du cancer du sein

Cancer du sein et style de vie – Rayonnements

La médecine moderne a inventé plusieurs méthodes de diagnostic basées sur le rayonnement. Ces méthodes sont très utiles, mais dans certains cas, elles peuvent augmenter les risques pour le développement du cancer du sein. Comme certains chercheurs suggèrent un lien fort entre le cancer du sein et l’exposition aux radiations, il serait préférable d’éviter les méthodes de diagnostic mentionnées autant que possible. En même temps, il est absolument nécessaire d’éviter l’exposition aux radiations en général.

Alimentation anticancer

Cancer du sein et style de vie – Alimentation anticancer

Il est bien connu que «nous sommes ce que nous mangeons» et certainement notre alimentation a une influence sur notre santé, le métabolisme et les facteurs de risque. Au cours des dernières décennies, des milliers d’études ont été consacrées aux aliments sains et des centaines de publications ont mentionné les aliments anti-cancer. Cela signifie qu’une alimentation saine anticancéreuse est cruciale et peut réduire vos risques de cancer du sein.


Liens assortis des Femmes Info / Google