Pages Navigation Menu

Épices anticancéreuses

La médecine antique n’avait pas de médicaments sophistiqués mais les anciens médecins étaient très efficaces dans le traitement de nombreuses maladies en utilisant des herbes et des épices.

Hippocrate (le père de la médecine occidentale) était un médecin grec du siècle de Périclès et il est reconnu comme la figure la plus marquante de l’histoire de la médecine. Pendant plusieurs années, il a écrit des livres médicaux avec des explications détaillées sur les différentes maladies, leurs symptômes et la guérison possible avec des herbes et des épices.

Au cours des dernières décennies, la science moderne a commencé à accorder plus d’attention à la médecine ancienne. Plusieurs études ont confirmé non seulement les bienfaits pour la santé, mais aussi des propriétés anticancéreuses de quelques épices. Dans la plupart des cas, les épices anticancéreuses ont des propriétés antioxydantes : leurs effets biologiques peuvent découler de leur capacité à induire des changements dans un certain nombre de processus cellulaires, y compris ceux qui sont impliqués dans le métabolisme des médicaments, la division cellulaire et l’apoptose (mort des cellules cancéreuses).

Épices anticancéreuses : CURCUMIN (Curcuma)

Le curcuma est une poudre jaune fabriquée à partir de la plante Curcuma Longa : très populaire dans les cuisines indiennes, asiatiques ou du Moyen-Orient. La composante la plus active est la curcumine (curcuma). La curcumine est un antioxydant puissant et elle est bien connue pour son activité importante antimicrobienne et anti-inflammatoire. Des études médicales montrent que la curcumine peut à la fois réduire les tumeurs cancéreuses et inhiber la croissance de l’approvisionnement en sang des tumeurs. Plusieurs études confirment que la curcumine a des pouvoirs antioxydants, anti-inflammatoires, antiviraux, antibactériens, antifongiques et anticancéreux : et aide à lutter contre une foule de maladies malignes. La curcumine favorise l’apoptose : la mort des cellules cancéreuses (suicide des cellules cancéreuses). La curcumine a été cliniquement prouvée comme retardant la croissance des cellules cancéreuses dans le cancer de la prostate, le mélanome, le cancer du sein, une tumeur cérébrale, le cancer du pancréas et la leucémie parmi un tas d’autres.
Il est important de souligner que, mélangée avec du poivre noir et de l’huile d’olive, le corps humain absorbe la curcumine deux mille fois mieux.

Épices anticancéreuses : CANELLE

Épices anticancéreuses

La cannelle est une épice aromatique utilisée en bâtons ou sous forme de poudre, qui sont tous deux dérivés de l’écorce de cannelle. Les Romains impériaux brûlaient de la cannelle aux funérailles royales et la considéraient comme une plante sacrée.
Les proanthocyanidines, un type de flavonoïdes dans la cannelle, ont une capacité antioxydante et peuvent être capables d’inhiber la croissance tumorale en « affamant » les cellules cancéreuses. Ces flavonoïdes spéciaux peuvent également bloquer la formation de nitrosamines, une substance cancérigène qui peut endommager l’ADN dans le tissu mammaire. Grâce à ses antioxydants, la cannelle (Proanthocyanidine) peut réduire la croissance de la tumeur.
Il ne faut pas plus d’une demi-cuillère à café de cannelle en poudre chaque jour pour tenir le cancer à distance.

Épices anticancéreuses : GINGEMBRE (Gingérol)

Le gingembre moulu a été utilisé dans la cuisine occidentale et européenne depuis l’époque de l’Empire romain.
Le gingérol possède un pouvoir antibactérien, anti-inflammatoire et anti-tumoral. Dans certaines études, le gingérol a inhibé l’angiogenèse tumorale (formation de vaisseaux sanguins menant à la tumeur), et a semblé réduire la métastase des cellules cancéreuses. Le gingérol agit également comme un antioxydant, piégeant les radicaux libres qui pourraient autrement provoquer des dommages cellulaires. Le gingérol se targue en outre de qualités médicinales qui aident à réduire le cholestérol, stimuler le métabolisme et tuer les cellules cancéreuses.

Épices anticancéreuses : AIL

L’ail a été utilisé dans l’ancienne phytothérapie ayurvédique depuis des siècles. Pas de doutes sur les prestations de santé de l’ail. Plusieurs études confirment que l’ail est une épice anticancéreuse très puissante : il peut diminuer le risque de développer différents types de cancer (en particulier du côlon, de l’estomac, de l’intestin et de la prostate). L’ail a des propriétés antibactériennes fortes ainsi que la capacité de bloquer la formation et de stopper l’activation de substances cancérigènes. Il peut également améliorer la réparation de l’ADN ; ralentir la reproduction des cellules et provoquer (induire) l’apoptose.

Épices anticancéreuses : ORIGAN

L’origan a une forte activité antioxydante, en raison d’une teneur élevée en acides phénoliques et flavonoïdes. L’origan a non seulement des niveaux extrêmement élevés d’antioxydants, mais aussi des composés antimicrobiens. L’origan est connu comme une bonne source de vitamine K et de fer. L’origan contient une propriété phytochimique très spécifique appelée « quercétine » qui est connue pour ralentir la croissance des cellules malignes et favoriser l’apoptose (mort cellulaire du cancer : suicide des cellules cancéreuses).
Une cuillère à café d’origan a le même pouvoir antioxydant que deux tasses de raisins rouges.

Épices anticancéreuses : PIMENT

Le poivre de Cayenne (poivre rouge, piment) peut être utilisé non seulement comme une épice pour la cuisine mais aussi à des fins médicinales : il a été utilisé dans la médecine traditionnelle pour aider à soulager les problèmes digestifs, le contrôle du poids, stimuler l’appétit et améliorer la circulation sanguine (diminution de la pression artérielle). Sa crème est utilisée pour les démangeaisons et l’inflammation et les douleurs musculaires.
Le piment est une épice prometteuse avec des propriétés anticancéreuses : il induit le processus d’apoptose qui détruit les cellules potentiellement cancéreuses et réduit considérablement la taille des cellules tumorales de la leucémie. Quelques études sur les cellules cancéreuses et les souris indiquent que la capsaïcine (Cayenne) pousse les cellules du cancer de la prostate à une sorte de suicide.

Épices anticancéreuses : FENOUIL

Le fenouil contient de la vitamine C, des phyto-nutriments et des antioxydants qui peuvent lutter contre les cellules cancéreuses. Ce qu’on appelle l’ « anéthole » (constituant majeur du fenouil) limite les activités invasives et adhésives des cellules cancéreuses : elle supprime les activités régulées par des enzymes qui sont derrière la multiplication des cellules cancéreuses. En fait, l’anéthole induit la mort des cellules cancéreuses.

Épices anticancéreuses : CUMIN

Le cumin (Cuminum cyminum) est une plante à fleurs. Beaucoup de gens aiment mâcher des graines de cumin à la fin du repas en raison de son activité digestive. Mais seules quelques personnes savent que le cumin a un composant antioxydant appelé « thymoquinone » qui met en échec la prolifération des cellules responsables du cancer de la prostate. On a également découvert que « thymoquinone » a la capacité de supprimer la prolifération de cellules tumorales dans le cancer colorectal, l’adénocarcinome du sein, l’ostéosarcome, le carcinome de l’ovaire, la leucémie myéloblastique et le carcinome du pancréas.

Épices anticancéreuses : SAFRAN

Le safran est une épice dérivée de la fleur du crocus safran, une plante originaire d’Asie du Sud. Le safran contient un acide naturel dicarboxylique de caroténoïde appelé « crocétine », qui est l’élément capable de lutter contre le cancer primaire : non seulement il inhibe la progression de la maladie, mais diminue également la taille de la tumeur de moitié. Comme pour d’autres épices, le safran peut supprimer la croissance cellulaire dans les cellules cancéreuses dans une plus grande mesure que dans les cellules normales.


Liens assortis des Femmes Info / Google


Leave a Comment