Pages Navigation Menu

Dépression postnatale

La dépression postnatale est un type très spécifique de dépression qui peut se produire après l’accouchement (au cours des premiers mois après l’accouchement). La dépression postnatale peut parfois être observée chez les femmes après une fausse couche ou un bébé mort-né.

Assez souvent les femmes après l’accouchement peuvent éprouver certains symptômes de dépression (tristesse, désespoir, dévalorisation, menaces, etc.) qui peuvent aller de brèves attaques de «baby blues» à une maladie spécifique appelée «dépression postnatale ». Certaines personnes confondent la dépression post-partum avec ce qu’on appelle «baby blues» qui peut apparaître chez les femmes pendant quelques semaines après avoir eu un bébé. « Le baby blues » comprend généralement des troubles du sommeil, des sautes d’humeur et des larmes (sans raisons visibles) et tous les symptômes disparaissent en quelques semaines après l’accouchement (sans aucun traitement).

La dépression postnatale affecte environ 10% à 20% des nouvelles mères : les symptômes de la dépression postnatale peuvent être graves et peuvent durer des mois. La dépression postnatale peut commencer à tout moment après l’accouchement (au cours des 6 premiers mois après l’accouchement). La dépression postpartum interfère avec la capacité des femmes à prendre soin du nouveau-né.

Dépression postnatale

La forme sévère de la dépression postnatale est appelée « psychose post-partum », qui présente des symptômes typiques, y compris un comportement étrange, des auditions anormales, des actions dangereuses. La psychose postpartum est un problème de santé grave et dangereux. Lors d’une psychose post-partum les femmes peuvent avoir des idées délirantes, des hallucinations, des idées suicidaires, des tentatives de suicide et parfois elles pourraient envisager de tuer le bébé ou d’autres jeunes enfants. La psychose postpartum nécessite un traitement immédiat.

Un traitement précoce est recommandé dans les cas de dépression postnatale : le plus tôt vous commencez un traitement, plus vite vous vous sentirez en bonne santé.

Certains scientifiques ont suggéré que les maladies mentales ou le stress ne sont pas considérés comme des facteurs de prédisposition mais parfois le stress peut transformer le «baby blues» en dépression postnatale.

Dépression postpartum : Facteurs de risque

Plusieurs facteurs pourraient être considérés comme des facteurs de risque de dépression postnatale :

  • dépression majeure précédente ou maniaco-dépression ;
  • stress psychosocial graves ;
  • problèmes sociaux (pression sociale, soutien social inadéquat du partenaire, des amis ou des membres de la famille) ;
  • antécédents de trouble dysphorique prémenstruel (TDP) ;
  • enfant malade dans la famille.

Dépression postpartum : Causes

Il n’y a pas de cause unique à la dépression postnatale mais la plus importante ce sont les changements hormonaux après l’accouchement : diminution spectaculaire des hormones œstrogènes, de la progestérone (cortisol), pendant 48 heures après l’accouchement. On a découvert que les femmes ayant la dépression postnatale sont très sensibles aux changements hormonaux mentionnés.

Outre les changements hormonaux, la plupart des professionnels de la santé reconnaissent la combinaison de plusieurs facteurs qui pourraient déclencher la dépression postnatale :

  • Mariage problématique : absence de satisfaction ;
  • Soutien médiocre ou insuffisant des partenaire, amis et membres de la famille ;
  • Humeur dépressive et changements du corps pendant la grossesse ;
  • Histoire compliquée de la reproduction (stérilité, fausse couche, mortinaissance, grossesse problématique);
  • Expérience négative pendant l’accouchement (déception, douleur inattendue, sexe non attendu du bébé);
  • Vie et grossesse épuisantes;
  • Antécédents familiaux de dépression post-partum.

Dépression postpartum : Symptômes

Les symptômes de la dépression post-partum peuvent apparaître à tout moment de 24 heures à quelques mois après l’accouchement et ils durent généralement pendant des semaines :

  • Humeur dépressive, sautes d’humeur, tristesse, désespoir;
  • Pleurs fréquentes;
  • Colère, irritabilité et / ou insécurité;
  • Troubles du sommeil, insomnie sévère;
  • Manque de soins à soi-même et / ou au nouveau-né;
  • Doute de pouvoir être une bonne mère;
  • Diminution de l’intérêt pour le sexe , de la réactivité sexuelle;
  • Perte de plaisir dans la vie quotidienne, manque de joie dans la vie;
  • Réduction de l’énergie, fatigue constante;
  • Modifications de l’appétit : absence d’appétit ou augmentation de la faim;
  • Difficultés de concentration, problèmes de mémoire, difficultés de prise de décision;
  • Sentiment de dévalorisation ou de culpabilité;
  • Pensées dangereuses sur la mort, tentatives de suicide, l’homicide du bébé nouveau-né;
  • Symptômes physiques sans aucune raisons objectives : maux de tête, douleurs thoraciques, battements de cœur, engourdissements, tremblements, vertiges, essoufflement.

Dépression postpartum : Diagnostic

Un diagnostic de dépression post-partum posé à temps est important pour un traitement efficace. Parfois, le diagnostic de dépression post-partum n’est pas fait parce que les femmes après l’accouchement passent beaucoup de temps seules avec l’enfant et les membres de la famille ne peuvent pas voir de symptômes inhabituels.
La plupart des mères sont épuisées après l’accouchement et de nombreux symptômes de dépression post-partum peuvent être négligés.

Si vous avez les symptômes mentionnés ci-dessus pendant quelques semaines après l’accouchement, vous feriez mieux de discuter de vos problèmes avec le médecin de famille ou des proches.

Dépression postpartum : Traitement

Les méthodes de traitement de la dépression post-partum peuvent varier et incluent généralement des conseils psychologiques, des antidépresseurs, des médicaments anti-anxiété et l’hormonothérapie. Dans certains cas particuliers de dépression post-partum (en particulier de psychose post-partum), l’hospitalisation peut être nécessaire.

Le principal objectif du traitement devrait être de maintenir la mère et l’enfant en toute sécurité et parfois il peut être nécessaire de garder le bébé séparément.

Dans la plupart des cas, le traitement de la dépression postnatale est très efficace.


Liens assortis des Femmes Info / Google


Leave a Comment