Pages Navigation Menu

Phytoestrogènes et cancer du sein

Grâce aux technologies médicales très avancées, de nos jours il est possible de faire une analyse correcte et découvrir le type de cancer du sein : c’est absolument crucial pour les futurs traitements et la prévention des récidives de cancer du sein.

Il existe différents types de cancer du sein:

  • Positif aux récepteurs endocrinien (oestrogène ou progestérone)
    Environ 80% de tous les cancers du sein sont «ER-positif.» Cela signifie que les cellules cancéreuses se développent en réponse à l’hormone oestrogène. Environ 65% d’entre eux sont également « PR-positif. » Ils se développent en réponse à une autre hormone, la progestérone.
  • HER2-positif
    Dans environ 20% des cancers du sein, les cellules font trop d’une protéine appelée HER2. Ces cancers ont tendance à être agressifs et à croissance rapide.
  • Triple positif
    Positif pour les récepteurs des œstrogènes, de la progestérone et HER2
    Ce type est la combinaison des deux types précédents.
  • Triple négatif
    Ni positif pour les récepteurs des œstrogènes ni de la progestérone et ni pour HER2.
    Environ 10 à 20% des cas de cancer du sein se révèlent «triples négatifs», car ils ne disposent pas de récepteurs non seulement d’oestrogène ni de la progestérone, mais ne surexpriment pas non plus la protéine HER2. La plupart des cancers du sein associés au gène BRCA1 sont triples négatifs.

Pour tous ces types de cancer du sein les approches médicales par la chirurgie et la radiothérapie étaient très similaires et même parfois identiques. Mais les approches par la chimiothérapie et l’hormonothérapie subsequente sont très spécifiques et différentes. Il est important de mentionner que l’alimentation anticancéreuse par la suite est également différente selon le type de cellules du cancer du sein.

Les femmes devraient porter une attention particulière à l’alimentation anticancéreuse en cas de tumeur hormono-sensible (notamment en cas de ER-positif). Habituellement, les femmes positives aux récepteurs d’oestrogènes doivent prendre des médicaments spécifiques anti-oestrogène pour les 5-10 ans qui suivent la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie ce qui peut prévenir les récidives. Dans le même temps, tout aliment riche en oestrogènes ou qui peut être impliqué dans la production d’œstrogènes devrait être exclu.

Phytoestrogènes : Aliments riches en oestrogènes

Phytoestrogènes

L’œstrogène est de plus en plus reconnu comme une cause de cancer du sein (notamment en cas de récepteurs sensibles aux œstrogènes). Les concentrations élevées d’œstrogène produites par le corps et reçues des aliments sont associées à un risque accru de cancer du sein (en particulier pour les femmes ménopausées).

Les phytoestrogènes sont des substances chimiques structurellement similaires aux oestrogènes que l’on trouve dans les aliments végétaux comme les haricots, les graines et les céréales. Les aliments à base de soja ont certains des plus hauts niveaux de phytoestrogènes. Dans des études de laboratoire il a été montré que les phytoestrogènes peuvent se lier à des récepteurs d’oestrogène et produire ou inhiber les effets des oestrogènes.

Graines de lin
Les graines de lin sont généralement broyées et utilisées pour augmenter le taux d’absorption du pain, des céréales et des salades. Les graines de lin sont le moyen numéro un pour obtenir plus d’oestrogène dans le corps. Les graines de lin sont la source d’oméga-3 et sont riches en fibres. Les graines de lin ont la plus grande quantité de phytoestrogènes : environ 380 µg par 100 g.

Pois chiches
Les pois chiches sont une source naturelle de phytoestrogènes. Les pois chiches sont également riches en fibres et en protéines, ce qui en fait un excellent choix si vous cherchez à réduire votre consommation de viande.

Petits pois
Les petits pois contiennent non seulement des phytoestrogènes, mais aussi des minéraux comme le magnésium, le fer et le potassium. Les petits pois sont pleins de fibres et sont une source surprenante de vitamine C.

Haricots – Soja
Les haricots ont une teneur élevée en fibres et protéines; ils sont relativement riches en phytoestrogènes. Le soja est l’une des plus riches sources de phytoestrogènes et il contient aussi des minéraux (fer, magnésium, calcium et potassium). Une tasse de soja contient environ 100 µg de phytoestrogène par 100 g. Le tempeh est dérivé de graines de soja et ne perd pas sa teneur en oestrogènes pendant la préparation.

Lait de soja
Le lait de soja est une boisson faite à partir de fèves de soja. Le lait de soja est dérivé du soja, bien sûr, et a donc les mêmes propriétés que le tofu, le tempeh, et le soja notamment quant aux phytoestrogènes qu’il contient. Le lait de soja est aussi une bonne source de calcium. Une tasse de lait de soja contient environ 3000 µg de phytoestrogènes par 100 g. Le tofu est produit à partir de lait de soja et est riche en phytoestrogènes appelés isoflavones. Le yaourt de soja est fabriqué à partir de lait de soja. Une tasse de ce yaourt contient environ 10 000 µg de phytoestrogènes par 100 g.

Graines de sésame
Les graines de sésame contiennent des phytoestrogènes. Elles sont également riches en fibres, et sont également une excellente source de minéraux (fer, magnésium et calcium).
Une once de graines de sésame contient environ 8000 µg de phytoestrogènes pour 100g.

Pain multi-céréales
Les grains entiers comme l’avoine, l’orge, le seigle et le blé ont des phytoestrogènes appelés lignanes.

Abricots, dates et prunes séchés
Les fruits secs (particulier, les abricots, dates et pruneaux) contiennent des phytoestrogènes, qui peuvent imiter les réactions des oestrogènes dans le corps, produisant le même effet que si vous aviez généré plus d’oestrogènes dans votre organisme.

Recommandation générale

Adopter un régime à base de plantes, se livrer à une activité physique quotidienne comme la marche, limiter ou éviter l’alcool, dormir suffisamment et en intégrant les comportements qui réduisent le stress dans votre vie sont le meilleur moyen de promouvoir votre santé en tant que survivante du cancer du sein. En outre, le gain de poids et le surpoids sont corrélés avec un risque de récidive du cancer du sein, donc choisir un régime alimentaire faible en calories, en combinaison avec des activités physiques pourrait être le meilleur choix pour les survivantes du cancer du sein.


Liens assortis des Femmes Info / Google


Leave a Comment